Étiquette : Nespresso

Master Class et diner à L’atelier Nespresso

À l’occasion du Sirha 2019, Nespresso, partenaire officiel du salon, a une nouvelle fois investit la jolie ville de Lyon, afin de convier les fins gourmets à une expérience culinaire d’exception à l’Atelier Nespresso. Présenté avec succès lors des trois dernières éditions du Sirha, ce concept original célèbre l’excellence gastronomique au travers de dîners et de workshops en compagnie de chefs de talent. Un joli moment d’échange et de partage avec comme pièce centrale la création culinaire autour du café.

Pour celles et ceux qui me suivent ici depuis un petit moment, vous vous souvenez surement que j’avais déjà eu la chance de participer à cet évènement par le passé, en prenant part au dîner mené par Emmanuel Renaut et David Toutain il y a 4 ans et à celui du chef Edwin Vinke il y a 2 ans. Cette année, j’ai de nouveau eu le privilège d’être conviée à l’Atelier Nespresso et de vivre une nouvelle fois, non pas un mais deux grands moments de cuisine. En effet, j’ai eu la chance d’être conviée à une master class en compagnie du grand chef pâtissier Philippe Conticini, ainsi qu’un diner mené par le chef étoilé Frédéric Anton ! Les chefs Jean Sulpice, Philippe Mille et Emmanuel Renaut étaient également au rendez-vous pour orchestrer chacun leur tour un diner sur les autres dates de l’atelier Nespresso. Chaque chef a eu pour objectif d’imaginer une ou plusieurs recettes subtilement caféinées avec Exclusive Selection Kenya Milima, un café réservé aux tables étoilées.

Pour cette quatrième édition Lyonnaise, nous avions rendez-vous au coeur de la magnifique Chapelle de la Trinité. Je dois avouer que chaque année la marque me surprend un peu plus dans sa mise en scène car elle trouve toujours des lieux sublimes pour organiser ses évènements. Mais avant de rejoindre la chapelle, direction le Sirha pour encourager les participants au du Championnat du Monde de Pâtisserie, qui avait lieu le jour de notre venue. C’est aussi lors du Sirha, qu’a lieu le Bocuse d’Or, mais cette année, je n’aurais pas eu le chance d’y apercevoir le candidat français. Après un déjeuner un déjeuner express avec vue, direction La Chapelle de la Trinité pour une Master Class très gourmande en compagnie de Philippe Conticini. Et autant vous dire que j’étais plutôt contente de ne pas avoir pris de dessert au déjeuner car le chef nous avait réservé beaucoup de surprises. Au menu : financiers, tartelettes et choux, le tout bien sûr à base de café ! Et que vous dire à part que c’était vraiment très bon… je pense que les photos parlent d’elles-mêmes.

Après cette délicieuse pause goûter, petit passage par l’hôtel pour faire une micro sieste (bah oui je m’étais quand même levé à 5h30 le matin pour attraper le premier train pour Lyon) avant de retourner au coeur de la chapelle pour un dîner étoilé avec le chef Anton. Et cette fois-ci encore le menu était plus qu’alléchant. Le diner a débuté avec le homard, gelée de caviar et homardine, suivit par un saumon fumé au bois de cerisier et confit accompagné d’une hollandaise au café Exclusive Selection Kenya Milima. Petite sélection de fromages affinés de la Maison Janier puis on termine le repas sur un citron comme tarte, meringue croustillante et sorbet basilic. Vous l’aurez surement deviné, je n’en ai pas laissé une miette (il faut parfois se sacrifier et savoir faire honneur au nom de ce blog haha). Après un dernier petit café pour la route, je retrouve ma chambre d’hôtel pour une bonne nuit de sommeil avant de rentrer à Paris.

Merci encore aux chefs et à toute l’équipe Nespresso pour cette belle journée placée sous le signe de la gourmandise !

Les chefs font leur cinéma – Acte 2

Pour la quatrième année consécutive, Nespresso, partenaire officiel du festival de Cannes et de la Semaine de la critique, a investi la plage de la croisette pour y installer son restaurant éphémère. Pour ceux qui suivent mes petites aventures sur Instagram, vous avez pu voir que j’avais, cette année encore, eu la chance de m’envoler vers Cannes pour participer à cet évènement culinaire unique ! Si l’année dernière j’ai pu participer au dîner mené par Jean-François Piège, cette année j’ai eu le privilège d’être conviée à celui du grand Pierre Gagnaire.

Vous n’imaginez même pas l’état d’hystérie totale dans lequel j’étais lorsque j’ai appris que j’allais pouvoir goûter à la cuisine de ce grand chef que j’admire depuis des années et que j’allais (attention roulement de tambours…) pouvoir le rencontrer et même avoir une petite entrevue avec lui. Moment de stress intense et surtout d’humilité lorsqu’on sait ce que représente Pierre Gagnaire pour le monde de la cuisine.

Bref, c’est donc avec des étoiles pleins les yeux et des papillons dans le ventre que je me suis envolée pour Cannes vendredi dernier. A peine atterri, direction l’Okko Hôtel pour déposer ma valise avant de partir en direction de la Plage Nespresso. Pour celles et ceux qui ne connaitraient pas encore les hôtels Okko, je vous conseille de vite aller jeter un oeil sur leur site internet. Décoration léchée, minimaliste, design et colorée, tout en se sentant comme à la maison, bref un hôtel comme je les aime. Après avoir fait le tour du propriétaire, j’enfile mes lunettes de soleil, accessoire indispensable à Cannes et je me dirige vers la Plage Nespresso.

Je vous parlais de décoration design et léchée à l’Hôtel Okko mais on peut dire que c’est le mot d’ordre aussi sur la plage Nespresso. Sûrement l’espace le plus design et travaillé de la croisette ! C’est dans ce cadre idéal, juste au bord de l’eau que je profite d’un bon déjeuner avant de me rendre à l’Espace Miramar pour assister à la projection du film Sicilian Ghost Story de Fabio Grassadonia & Antonio Piazza sélectionné pour la Semaine de la critique. Pour la petite histoire, il s’agissait du deuxième film de ces réalisateurs, qui ont gagné le Grand Prix Nespresso et le Prix Révélation France 4 à la Semaine de la Critique en 2013. Ces prix leur ont permis de projeter leur film à travers leur pays d’origine l’Italie alors même qu’il n’avait pas réussi à trouver de distributeur avant cela. Comme quoi Nespresso, ce n’est pas que du café ! L’entreprise participe aussi a de nombreux projets comme la semaine de la Critique, qui permettent d’encourager, de faire connaître et de mettre en lumière des talents à travers le monde.

Une fois la projection terminée, retour à la plage Nespresso pour vivre l’un des moments les plus fous de ma vie : ma rencontre avec Pierre Gagnaire. Si je trouve déjà assez dingue qu’un chef d’une telle renommée prenne le temps de rencontrer une passionnée de cuisine comme moi, la gentillesse du personnage et sa simplicité m’ont tout simplement désarmé. Après quelques balbutiement et une forte intimidation, je me lance et ose lui poser la première question qui me brulait les lèvres : « Pourquoi avoir accepté ce partenariat avec Nespresso ? » Car oui dans beaucoup d’esprit encore, Nespresso ne représente qu’une grande entreprise internationale qui a décidé de gagner de l’argent en faisant du café. Sauf que derrière la multinationale, il y a aussi de grands engagements et un travail qui a plu au chef. Non seulement Pierre Gagnaire à l’habitude de travailler le café, mais il trouve également que les produits Nespresso sont d’une grande qualité. Il a également un lien très fort avec Cannes puisque le chef collabore avec le Fouquet’s pour qui il a élaboré une nouvelle carte, plus moderne et inventive. Et bien sur il ne faut pas oublier que Pierre Gagnaire, aime beaucoup le cinéma, donc pourquoi ne pas tenter cette belle aventure avec Nespresso au festival me direz vous ?

Ma deuxième question concernait son choix quant au menu qu’il allait nous présenter le soir même. Le principe de l’évènement « Les chefs font leur cinéma » est que chaque chef crée un menu complet autour d’un film qu’il aime. Cette année, pour renouveler un peu l’opération, les chefs devaient, non pas choisir un film, mais un réalisateur et imaginer un menu autour de leur univers. Pierre Gagnaire a choisi de s’inspirer du réalisateur Claude Sautet. Pourquoi ce choix ? Sans doute parce qu’il a revu les films de Sautet cet été et qu’il a instinctivement eu envie de lui rendre hommage. Les films de Sautet sont représentatifs d’un monde disparu qui est celui de la jeunesse de Pierre Gagnaire. Ils sont aussi tellement justes qu’il franchissent les époques. Pierre Gagnaire a réalisé que la cuisine et le cinéma  ne sont pas si éloignés. Comme lui, la cuisine permet de raconter des histoires, d’aimer, d’être aimé et respecté. J’étais déjà fan de Pierre Gagnaire mais autant vous dire qu’après cet échange je suis tout simplement tombée amoureuse de la simplicité de ce chef au grand coeur. Une fois notre discussion terminée, je laisse le chef retourner en cuisine pour terminer ses préparations pour le dîner qui allait suivre.

© Emmanuel Nguyen Ngoc

De mon coté, je profite de mes quelques heures avant le dîner pour retrouver la pétillante Cécile du blog Royal Chill qui m’emmène découvrir la nouvelle Pâtisserie Intuitions du chef Jérôme de Oliveira. Et ça tombait plutôt bien puisque j’allais retrouver le chef le lendemain matin pour un délicieux petit déjeuner dont je vous reparlerai plus tard 😉 Après quelques petites pâtisseries et un bon thé, je quitte Cécile et retour à l’hôtel pour prendre une petite douche et me prépare avant le dîner.

21h30 pétante, je quitte ma chambre avec ma jolie tenue Wear Lemonade (mille mercis Lisa pour tes conseils) pour retrouver de nouveau la Plage Nespresso et le dîner tant attendu ! Accueilli par un groupe de musique Jazz et un bon petit cocktail au café, je prends place à table pour ce qui allait être l’un des dîners les plus surprenants de ma vie.

© Emmanuel Nguyen Ngoc

Au menu :

  • Melon, tomate, pastèque, fraises au Campari, burrata rose et amandes fraiches. Comme la sensation de déguster un cocktail. Un amuse-bouche étonnant et détonnant !
  • le fameux bouillon Zezette accompagné de gnocchi verts, strozzapreti et dim-sum de tourteau. Tout simplement mon plat préféré de la soirée. D’une justesse inouïe et surtout délicieusement bon. Je pense que je pourrai en manger tous les jours sans jamais m’en lasser.
  • Pâté chaud de veau Pitchi. Ultra traditionnel et hyper réconfortant. Tout ce qu’on attend d’un plat inspiré du l’univers de Claude Sautet.
  • Croquant glacé à la vanille, Tahaa, asperge verte, morilles au caramel ou comment Pierre Gagnaire réécrit totalement tout ce que tu pensais savoir sur  la cuisine. Si ce plat n’a pas été mon coup de coeur de la soirée, il aura été une véritable découverte. Cette association chocolat/glace – asperge/morille était complètement déstabilisante et fascinante.

 

Tout le menu était accordé de vins sélectionnés par Fabrice Sommier, Meilleur ouvrier de France 2007 et sommelier de Georges Blanc.

Le dîner terminé, le chef félicité et embrassé (et ouais les gars, j’ai claqué la bise à Pierre Gagnaire) il était temps de se diriger doucement vers l’hôtel pour une bonne nuit de sommeil avant de retrouver un autre chef pour le petit déjeuner.

Grande nouveauté pour cette 4ème session de la Plage Nespresso : le petit déjeuner avec vu sur mer. Cette année, Nespresso a vu les choses encore plus grand en proposant à ses invités de prendre part à un délicieux petit déjeuner concocté par le champion du monde de pâtisserie 2009, j’ai nommé Jérôme de Oliveira. Si la gentillesse de Pierre Gagnaire avait fait son effet la veille, celle de Jérôme de Oliveira fonctionne tout autant. C’est avec une gentillesse et un charme désarmant que le chef nous reçoit à l’étage de la Plage Nespresso pour un réveil tout en douceur. Le pâtissier nous a préparé un florilège de ce qu’il fait de mieux : brioche aux pralines (les origines lyonnaises du chef oblige), les fameux bubble cake, une délicieuse mousse de fromage blanc, aloevera et fraise, des viennoiseries et sa sublime tarte confidence au café. Le tout accompagné d’un délicieux café Vertuo of course ! C’est donc entourée de toutes ces patisseries, de la mer et du soleil que j’ai profité de mes dernières heures sur la croisette avant de rentrer à Paris.

Je remercie une nouvelle fois Nespresso et surtout l’Agence 14 Septembre (Joy, Tiff, Thomas, Julien et Alexandre) de m’avoir cette année encore offert la chance de participer à ce merveilleux évènement. Bravo aussi à toute l’équipe de l’agence Ebullition qui s’occupe d’une main de maître de l’organisation et la mise en place de cette Plage Nespresso ! Et bien sur un grand merci aux chefs qui ont pris le temps de prendre part à cette opération et d’échanger avec nous.

Bisous Cannes à l’année prochaine !







Dîner à l’Atelier Nespresso

A l’occasion du Sirha 2017, Nespresso, partenaire officiel du salon, a de nouveau investit la capitale de la gastronomie afin de convier les fins gourmets à une expérience culinaire d’exception à l’Atelier Nespresso. Présenté avec succès lors des deux dernières éditions du Sirha, mais aussi à Stockholm, Sao Paulo, Berlin, Londres ou encore Tokyo, ce concept original célèbre l’excellence gastronomique au travers de déjeuners, dîners, et de workshops en compagnie des talents d’aujourd’hui. Lors de cet évènement, des chefs étoilés offrent aux invités des moments d’échange et de partage en les transportant notamment au coeur d’un processus de création culinaire autour du café.

Pour ceux qui me suivent ici depuis un petit moment, vous vous souvenez surement que j’avais déjà eu la chance de participer à cet évènement d’exception il y a deux ans, en prenant part au dîner mené par Emmanuel Renaut et David Toutain. Cette année, j’ai de nouveau eu le privilège d’être conviée à l’Atelier Nespresso et de vivre une nouvelle fois un grand moment de cuisine. Pour cette troisième édition Lyonnaise, l’Atelier Nespresso a pris ses quartiers au coeur de l’atelier de Soierie de Marc Roisier. Un lieu totalement atypique, symbole de l’art de vivre français et parfaite incarnation des valeurs cultivés par Nespresso.
Et bien sur, cette année encore, des chefs de renommée internationale nous ont fait le plaisir de régaler nos papilles. Étaient au rendez-vous les chefs Yannick Alleno, Jérôme Banctel, Christophe Bacquié, Fabio Pisani et Edwin Vinke que j’ai eu le plaisir de rencontrer puisque j’ai participé à son dîner. Chacun des chefs a eu pour objectif de sublimer de sa créativité déjeuners et diners en associant à leurs recettes les deux nouveaux Grands Crus spécialement créés par Nespresso pour la Haute Gastronomie : Exclusive Sélection Nepal Lamjung et Exclusive Sélection Kilimanjaro Peaberry.

J’ai donc eu la chance de participer au dîner mené par Edwin Vinke, grand chef Hollandais qui détient deux étoiles au Guide Michelin avec son restaurant Kromme Watergang. J’ai pu échanger quelques minutes avec lui avant le dîner afin d’en apprendre plus sur sa vision de la cuisine. Humble, souriant et très sympathique, Edwin Vinke est un chef qui réalise une cuisine de passionné, qui prend à coeur de travailler des produits de sa région (nombreux sont ceux qui viennent d’ailleurs de son propre jardin) et surtout de s’amuser. Pour lui la cuisine est un moment d’échange, de convivialité, d’expérimentation, qu’il veut partager au maximum avec ses clients, et c’est clairement tout ce que j’aime dans la cuisine. Donc autant vous dire que j’étais plus que ravie de participer à ce diner !

Le dîner a donc débuté avec une délicieuse entrée servie dans un coffret de whisky King George (et oui Edwin Vinke a le sens de la présentation et de l’effet de surprise). Cinq créations autour de la mer qui étaient subtiles et sublimes ! Parce qu’Edwin Vinke n’est pas un chef comme les autres, cette entrée s’est suivie d’un amuse bouche que je redoutais un peu…le chef travaille principalement le poisson et les fruits de mer, et a décidé de nous servir ce soir là des huitres. Pas de chance, les huîtres et moi ça fait deux. Cependant, lors de ma petite entrevue avec le chef, celui-ci m’a promis que j’allais aimé cette version de l’huître, et il s’avère qu’il n’a pas eu tord. Servie en deux façons, l’une avec un granité au gingembre et l’autre avec un granité grenade-betterave, ces huitres ont été une véritable révélation. C’est la première fois de ma vie que j’appréciais vraiment de manger des huîtres !

Le diner s’est poursuivi avec un délicieux plat d’anguilles, herbes du jardin, pommes de terre, algues, citron et verveine. Une association de saveurs délicates qui m’a beaucoup plus. Puis est arrivé mon plat préféré de la soirée : porc fermier et seiches, servis avec du calamar façon carbonara. Un vrai régal ! J’avoue que c’est grâce à ce genre de plat et de chef que je deviens de plus en plus adepte des associations terre-mer en cuisine. Pour accompagner les merveilleux plats du chef Vinke, nous avions la chance d’avoir une magnifique sélection de vins faite par le meilleur sommelier du monde 2016 : Arvid Rosengren, qui était également parmi nous afin de nous donner ses conseils de dégustation et nous expliquer comment il avait choisi d’associer tel ou tel vin avec chaque plat.
Et enfin pour le dessert, ce n’est autre que Sébastien Bouillet, l’enfant du pays, qui nous a régalé de ses merveilles sucrées. D’abord avec un trou normand glacé puis avec sa fameuse création « Le noisetier ».

Ce diner aura été une véritable réussite de A à Z. Je tiens particulièrement à remercier Edwin Vinke, Sébastien Bouillet, Arvid Rosengren et toute l’équipe de 14 Septembre ainsi que l’agence Ebullition, pour avoir fait de ce dîner gastronomique un moment d’exception !







Linzer Torte

Il y a quelques jours, j’ai eu le plaisir de recevoir un petit colis gourmand de la part de Nespresso. Celui-ci contenait les dernières nouveautés de la gamme Variations. Pour celles et ceux qui ne connaitraient pas encore Variations, il s’agit d’une gamme gourmande qui mêle des arômes naturels à ceux du Grand Cru Livanto.
Cet hiver, Nespresso a choisi de nous plonger dans un univers inspiré de la magie d’un Noël en Autriche grâce à des créations inspirées des pâtisseries traditionnelles les plus raffinées : l’Apfelstrudel, la Linzer Torte et la Sachertorte. Un voyage sensoriel où la douceur des pâtisseries autrichiennes côtoie la chaleur d’un café Nespresso. Et autant vous dire que pour une fan de café et une gourmande comme moi, cette gamme est vraiment idéale.

Et donc en plus de ces petites nouveautés, Nespresso m’a également envoyé tout plein d’ingrédients et un petit mot me mettant au défi de réaliser l’une des pâtisseries qui l’a inspiré pour ses dernières créations. N’étant pas du genre à avoir froid aux yeux, j’ai accepté ce défi et me suis lancée dans la réalisation d’une Linzer Torte : tarte traditionnelle composée de confiture de groseille ou de framboises et facilement reconnaissable avec son joli tressage.
Bon pour le joli tressage on repassera (il va vraiment falloir que je m’entraine pour la prochaine fois) mais pour le goût tout est là ! Cannelle, clou de girofle, zeste de citron et confiture de framboise, un doux mélange de saveurs qui sent bon noël et dont vous me donnerez des nouvelles !

Ingrédients pour une tarte de 20cm de diamètre :
Pour la pâte :
• 250g de farine de sarrasin
• 100g de poudre d’amandes
• 1 c. à café de cacao en poudre non sucré
• 1/2 c. à café de cannelle en poudre
• 2 pincées de clou de girofle en poudre
• les zestes d’un citron bio
• 200g de beurre froid coupé en morceaux
• 60g de sucre en poudre
• 2 jaunes d’oeufs
• 1 c. à soupe de rhum ambré
• 2 c. à soupe d’eau glacée

Pour la garniture :
• 250g de confiture de framboises


Préparation :
Etape 1 -> la pâte à tarte
Dans un bol, mélanger la farine, la poudre d’amande, le cacao, la cannelle, le clou de girofle et les zestes de citron.
Ajouter le beurre puis mélanger du bout des doigts jusqu’à obtenir un mélange sablé.
Faire un puits au centre du mélange et y ajouter le sucre, les jaunes d’oeufs, le rhum et l’eau.
Mélanger tous les ingrédients sans trop travailler la pâte.
Puis écraser avec la paume de la main pour l’amalgamer.
Former une boule, emballer dans du film alimentaire et mettre au frais pour minimum 1 heure.

Etape 2 -> la garniture
Prélever 3/4 de la pâte et l’étaler sur le plan de travail à l’aide d’un rouleau à pâtisserie.
Chemiser le moule à tarte puis garnir de confiture de framboises jusqu’au 3/4.

Etape 3 -> le dressage
Préchauffer le four à 180°C.
Aplatir la pâte restante et découper des bandes d’environ 1,5 cm de largeur.
Les disposer sur la confiture en les entrecroisants afin de former un joli tressage.
Couper la pâte qui déborde.
Enfourner pour environ 45 minutes.
Laisser refroidir puis démouler.







Une journée à l’Atelier Nespresso

Cette semaine avait lieu à Lyon le Sirha, le Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation. En somme le plus grand salon pour les professionnels du secteur de la gastronomie et de l’agro-alimentaire. Avec plus de 3 000 exposants et marques présentes, le Sirha est une véritable source d’inspiration pour le Food Service mondial. Le but ? Susciter, inspirer la créativité et la réflexion et apporter des solutions aux professionnels pour améliorer et faciliter la restauration de demain.

Si je vous parle du Sirha aujourd’hui, c’est parce que j’ai eu la chance d’y être invité par Nespresso afin de participer à un évènement gastronomique exceptionnel. Durant toute la période du Sirha, du 23 au 29 janvier 2015, Nespresso a installé au cœur de Lyon son Atelier Nespresso. Un restaurant éphémère dans lequel 5 chefs, 3 chefs pâtissiers, 2 sommeliers ont déposé leurs valises afin de proposé des rendez-vous gustatifs exceptionnels : brunchs, déjeuners, cafés gourmands, diners. Chacun des chefs : Jean- François Piège, Emmanuel Renaut, Thibault Sombardier, Davy Tissot, David Toutain, Christelle Brua, Yann Couvreur et Joannic Taton, a du créer une recette originale à partir d’un Grand Cru Nespresso.

Pour ma part, j’ai eu le plaisir de participer au diner préparé par Emmanuel Renaut chef du Flocons de sel et David Toutain chef du restaurant éponyme. Les deux chefs se sont associés au sommelier Paolo Basso, élu meilleur sommelier du monde en 2013, pour nous offrir un diner d’exception.

Les chefsAtelier Nespresso / Plus une miette dans l'assiette

C’est Emmanuel Renaut qui a lancé les hostilités avec une entrée composée de salsifis, truffe noir et Grand Cru Indriya d’Inde. Un plat tout en subtilité qui m’a vraiment surprise par sa douceur. Je vous avoue qu’à la base je ne suis pas vraiment fan du salsifis mais Emmanuel Renaut a su le sublimer pour en faire une délicieuse entrée.

Salsifi, truffe par Emmanuel Renaut Salsifi, truffe - Emmanuel Renaut
Pour son second plat, le chef Renaut nous a proposé un biscuit de lotte accompagné de sa bisque de brochet sauce au Grand Cru Indriya d’Inde. Mon gros coup de cœur de la soirée (avec le plat suivant). La lotte n’est malheureusement pas un poisson que je mange souvent et après avoir dégusté ce plat je le regrette encore plus. Le biscuit de lotte d’Emmanuel Renaut fondait dans la bouche, le poisson était cuit à la perfection. Et cette association avec le café était tout simplement parfaite. Le café se sentait sans pour autant cacher le goût de la lotte et de la bisque de brochet. Une vraie réussite !!

Dressage de la lotte - Emmanuel RenautBiscuit de lotte et bisque de brochet par Emmanuel RenautBiscuit de lotte, bisque de brochet - Emmanuel Renaut

C’est ensuite David Toutain qui est entré en piste pour nous servir un maquereau Grand Cru Vivalto Lungo. Mon second coup de coeur de la soirée (oui je n’ai vraiment pas su départager entre les deux, car chacun des plats avait vraiment ses spécificités). Le café était ici à la fois présent dans la sauce mais également dans la marinade du poisson. Je ne vous cache pas que je me suis régalée !!

Maquereau par David ToutainMaquereau - David Toutain
Pour son deuxième plat, le chef Toutain nous a proposé un quasi de veau accompagné de champignons, Grand Cru Vivalto Lungo. Le quasi de veau était tellement tendre… Rien que d’y penser j’en salive encore.

Quasi de veau par David ToutainQuasi de veau - David ToutainDavid Toutain en préparation

Et pour finir ce diner en beauté, Emmanuel Renaut nous a servi son célèbre plat signature le tableau carré bois ici revisité avec le Grand Cru Vivalto Lungo et de la noisette. Moi qui, vous le savez maintenant, ADORE le sucré j’ai vraiment beaucoup aimé ce dessert à la fois frais, gourmand et délicat. Le mariage du café et de la noisette était excellent, je n’ai pas laissé une miette dans mon assiette !

Tableau carré bois par Emmanuel RenautTableau carré bois - Emmanuel Renaut

A la fin du repas, nous avons pu discuter quelques instants avec les chefs (oui je l’avoue j’ai fait ma groupie auprès de David Toutain, mais qu’est ce que vous voulez, il a tellement de talent qu’on est obligé de l’adorer non !). Cette jolie soirée s’est terminé avec un délicieux café Nespresso puis une petite balade dans la nuit de Lyon pour rentrer jusqu’à l’hôtel.

Je profite de ce petit article pour remercier une fois de plus Nespresso, l’agence 14 Septembre et plus particulièrement Joy, Julien et Thomas, qui m’ont permis de participer à ce bel évènement gastronomique.