Pulled lamb sandwich et sauce tahini

Après vous avoir dévoilé la recette de mes boulettes d’agneau façon falafel il y a quelques semaines, je vous livre une autre de mes recettes fétiches à base d’agneau. Une recette que vous n’avez peut-être pas l’habitude de faire parce qu’il faut l’avouer, elle demande un peu de patience, mais aussi parce que nous avons l’habitude de la voir avec un tout autre ingrédient principal.

Et oui, vous connaissez surement tous le pulled pork, grande star des burger maison à l’américaine, mais sachez que cette recette de viande confite marche tout aussi bien avec de l’agneau. La cuisson longue et à température modérée permet à la viande de confire tout doucement et de devenir extrêmement tendre tout en s’imprégnant des saveurs de la sauce dont elle est recouverte. Une recette qui prend un peu de temps mais qui en vaut largement la peine tellement c’est délicieux !! Je vous le promets !

Et pour changer du traditionnel pain à burger, j’ai décidé que mon pulled lamb allait garnir un bon petit pain à l’épeautre accompagné d’une délicieuse sauce tahini.

Vous ne bavez pas trop ça va ?

Pour 4 sandwichs

Ingrédients :
Pour le pull Lamb :
• 1 épaule d’agneau (environ 1,6kg)
• 3 c. à soupe de vergeoise brune
• 1 c. à soupe de sel
• 2 c. à café de garam masala
• 1,5 c. à café de paprika
• 1,5 c. à café de curcuma
• 1/2 c. à café de gingembre moulu
• 1/2 c. à café d’oignon en poudre
• 1/2 c. à café d’ail en poudre
• 1/2. c à café de cumin
• 1 pincée de poivre
• 60ml de sauce barbecue
• 3 c. à soupe de concentré de tomate
• 1 c. à soupe de sauce Worcestershire
• 1 c. à soupe de moutarde
• 1 c. à soupe de vinaigre de cidre
• 3 c. à soupe d’huile d’olive
• 1 oignon rouge
• 180ml de bouillon de légumes

Pour la sauce tahini :
• 200g de purée de sésame
• 80ml d’eau
• 20ml de jus de citron

Pour le sandwich :
• 8 tranches de bon pain (j’ai utilisé du pain à l’épeautre mais de la ciabatta marche aussi très bien)
• Quelques gros cornichons
• 1 bouquet de coriandre

Préparation :
Préchauffer le four à 150°C.
Dans un bol, mélanger la vergeoise brune, le sel, le garam masala, le paprika, le curcuma, le gingembre moulu, l’oignon en poudre, l’ail en poudre, le cumin et le poivre.
Verser 3 cuillères à soupe de cette préparation sur l’épaule d’agneau et mélanger le tout à l’aide des mains afin de bien enrober la viande du mélange d’épices. Réserver.
Dans un autre bol, mélanger la sauce barbecue, le concentré de tomate, la sauce Worcestershire, la moutarde, le vinaigre de cidre et le reste du mélange aux épices.
Mélanger jusqu’à obtention d’une sauce homogène.
Peler et émincer l’oignon rouge.
Dans une casserole, saisir l’épaule d’agneau dans l’huile d’olive pendant 5 minutes. Ajouter ensuite l’oignon et poursuivre la cuisson 2 minutes.
Verser ensuite 3/4 de la sauce sur la viande et ajouter le bouillon de légumes. Réserver le reste de sauce.
Couvrir la casserole et enfourner pour 2 heures.
Arroser la viande de sauce et de bouillon durant la cuisson.
Retirer le couvercle puis poursuivre la cuisson encore 1 heure.
À la sortie du four, disposer l’épaule d’agneau dans un bol et ajouter le reste de sauce.
Attendre quelques minutes puis effiler la viande à l’aide de 2 fourchettes. Réserver au chaud.

Dans un bol, mélanger la purée de sésame, l’eau et le jus de citron.

Toaster les tranches de pain puis étaler une bonne cuillérée de sauce tahini sur la face intérieure de chaque tranche.
Disposer la viande effilochée sur la partie basse du sandwich, puis parsemer de quelques feuilles de coriandre.
Sur l’autre moitié, disposer des lamelles de gros cornichons.
Refermer le sandwich et déguster !

Article sponsorisé

Suède, le pays à croquer !

Pour celles et ceux qui me suivent assidûment sur Instagram, vous avez pu voir qu’en fin d’année dernière j’avais eu la chance de partir quelques jours en Suède avec VisitSweden pour découvrir la région de Småland, mais aussi pour participer à une expérience des plus incroyables : « Le pays à croquer« . Au moment du séjour je n’avais pas pu vous partager cette merveilleuse aventure car tout devait encore rester secret mais aujourd’hui je peux enfin partager avec vous cette folle journée.

©Thomas Lotter

« Le pays à croquer » ou « The edible country » est une initiative lancée par la Suède et dont le but est de valoriser les produits que nous offre la nature en réalisant un menu gastronomique en plein coeur de celle-ci. La Suède a donc littéralement décidé de transformer son territoire en restaurant gastronomique à ciel ouvert, où chacun peut cuisiner en toute liberté un menu imaginé par des chefs étoilés et créé à partir d’ingrédients que l’on peut trouver dans la nature suédoise.

Pour faciliter cette expérience, et la rendre accessible à chacun, des tables et des kits de cuisine ont été placés dans quelques uns des plus jolis coins du pays. L’objectif ? Montrer que contrairement aux idées reçues, adopter une alimentation saine et réduire sa consommation de produits transformés, est vraiment à portée de mains et accessible à tous. En tout, ce sont sept tables en bois qui ont été placées à travers le pays : en Scanie et dans le Småland (sud de la Suède), dans l’Ouest du pays, dans l’archipel de Stockholm et le Värmland (centre), en Laponie et dans le Jämtland (nord).

Pour cette expérience des plus uniques, les Chefs Suédois étoilés Titti Qvarnström, Niklas Ekstedt, Jacob Holmström et Anton Bjuhr ont été missionnés pour composer un menu à partir de produits exclusivement récoltés aux alentours de ces fameuses tables. Ils ont ainsi imaginé un menu gastronomique à neuf plats, à base de produits frais trouvés dans la forêt, les champs et les eaux suédoises. Les visiteurs n’ont donc plus qu’à suivre le menu, partir en cueillette, à la pêche, préparer et cuisiner eux-mêmes ces plats en pleine nature. Le menu est également accompagné d’instructions pour nous permettre de savoir où trouver les ingrédients et comment les cuisiner. Un vrai dîner gastronomique en mode DIY !

Et c’est exactement ce que j’ai pu vivre au cours de cette belle journée au milieu de cette immense forêt de conifères d’Asa Herrgård dans la région du Småland. Nous avons profité du trajet jusqu’à notre table pour partir à la cueillette. Nous avions la chance ce jour là d’être accompagnés d’un guide forestier qui a pu nous expliquer les champignons, herbes et autres baies que nous pouvions ramasser. Car oui, en Suède, l’allemansrätt ou droit d’accès à la nature,  est un « droit de tout un chacun » de jouir (sous certaines conditions) de la nature et de ses fruits, indépendamment des droits de propriété qui peuvent y être attachés, et sans le consentement préalable du propriétaire. Ce qui permet à chacun de profiter de la nature et des paysages. La seule règle d’or étant de ne pas saccager la nature ou importuner les propriétaires des lieux. Nous avons donc passé une bonne heure à rechercher, cueillir, flâner, et prendre quelques photos bien sûr, de cette nature luxuriante avant de rejoindre notre table.

Je ne saurais vous décrire ce mélange de surprise, de joie et d’émotion que nous avons tous ressenti lorsque nous avons aperçu la table qui nous attendait au milieu de ces grands arbres. C’était presque irréel, un décor féérique qu’on ne voit que dans les films ou en photo sur Pinterest. Mais tout était bien réel ! Je n’avais encore jamais vu de paysage comme celui-ci auparavant et j’ai été complètement soufflée par sa beauté. C’est donc d’un pas un peu timide que nous nous sommes tous rapprochés de notre table et que nous avons pu faire la connaissance des chefs Titti Qvarnström et Jacob Holmström. Les deux chefs étoilés attendaient notre arrivée pour nous présenter plus en détail le concept de cette expérience, pourquoi c’était important pour eux d’en faire partie et de la promouvoir, mais surtout pour passer en « cuisine » avec nous et préparer le fruit de notre récolte dans la forêt. Nous nous sommes donc tous mis autour des 2 postes de travail installés à quelques mètres de la table pour préparer les magnifiques chanterelles que nous avions ramassé, ainsi que les autres ingrédients récoltés par les chefs avant notre arrivée : des baies, des herbes, du poissons,… et nous avons tous ensemble participé à la préparation du menu gastronomique imaginé par les chefs. Parmi les plats : un sublime bouillon de la forêt avec sa perche pochée et son beurre aux herbes grillées; l’omble chevalier aux chanterelles, baies de genièvre et oseille, puis en dessert des glands et noisettes accompagnés d’une compotée de baies et fruits rouges. Les plats au menu varient bien entendu en fonction de la saison, ce qui permet de trouver les ingrédients dans la nature presque toute l’année. Je pense que les photos vous laissent un peu imaginer à quel point ces plats étaient délicieux. Le poisson était tellement frais, la cuisson au feu de bois apportaient une saveur si particulière… bref c’était un vrai régal.

Le temps de faire quelques dernières photos, de remercier les chefs pour leur temps et ce délicieux repas qu’il fallait déjà quitter cet endroit merveilleux pour poursuivre le reste de notre séjour. La seule chose que je pourrais vous dire pour résumer un peu toute cette expérience ce serait : allez-y !! Bookez vos billets pour la Suède, choisissez la région que vous voulez explorer et réservez l’une des 7 tables disponibles à travers le pays. Elles sont réservables de mai à septembre sur Bookatable.com. Si c’est complet, vous pouvez toujours cuisiner vos plats dans tout autre lieu magique qu’offre la nature suédoise, véritable garde-manger naturel. Rien ne vous empêche de venir déposer votre petite nappe ou couverture dans un coin de verdure et de profiter des éléments de cuisson pour vivre votre expérience à votre façon. C’est là le propre du Pays à Croquer !

©Thomas Lotter

Donuts vegan au chocolat et glaçage au café + Concours !

En cette période de fêtes, j’ai décidé de vous gâter un peu avec une nouvelle petite recette gourmande mais pas que ! Pour celle et ceux qui ne le sauraient pas encore, cette année j’ai eu la chance d’être ambassadrice pour Nespresso. A l’occasion de cette collaboration, j’ai pu découvrir un peu l’envers du décors de la marque, mais aussi goûter toutes les nouveautés en exclusivité et partager pleins de moments assez uniques avec des chefs d’exception. Bref une année assez chouette, remplie de beaux moments. Et comme j’avais envie de vous partager un peu tout ça, car c’est quand même le but de ce blog, j’ai décidé de vous gâter avec un super petit concours. Il y a quelques semaines, Nespresso a lancé une nouvelle machine Vertuo Noire Mat (je suis trop fan de cette couleur) et on s’est dit que ce serait sympa de vous en faire gagner une ! Qu’est-ce que vous en pensez ? C’est plutôt cool non ? Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, on s’est dit qu’on allait ajouter des petites choses avec cette machine parce que bon… c’est quand même mieux d’avoir quelques capsules avec pour la tester non ? Alors en plus de cette jolie machine, vous pourrez gagner la collection Parisian Gourmandise composée des parfums : Paris Black pour les inconditionnels de l’authentique Espresso, Variations Paris Madeleine et Variations Paris Exotic Macaron au bon goût de noix de coco. Et ce n’est pas tout, vous remporterez aussi un coffret de tasses Origin imaginées et désignées par la talentueuse India Madhavi (ce sont celles que vous voyez dans les petites photos en dessous). Alors elle est pas belle la vie ?!

Pour participer à ce concours, rien de bien compliqué, il vous suffit de laisser un commentaire sous cet article en me disant quel parfum vous aimeriez tester en premier avec cette nouvelle machine Vertuo ?

Vous avez jusqu’au lundi 24 décembre à minuit pour participer. Le gagnant sera tiré au sort parmi les commentaires et annoncé dans cet article mardi 25 décembre. Un petit chanceux aura donc un cadeau de plus sous le sapin…

CONCOURS TERMINÉ !!


Encore merci à toutes et à tous pour vos participations. Et j’essaie de vite revenir avec un nouveau concours.

En attendant de savoir qui va gagner ces jolis cadeaux. Je vous laisse avec ma petite recette de donut vegan au chocolat et glaçage au café Variations Paris Exotic Macaron.

Donuts vegan au chocolat et glaçage au café

Pour 12 donuts

Ingrédients :
• 240g de farine
• 90g de sucre roux
• 1 c. à café sucre vanillé
• 2 c. à café de levure chimique
• 1/2 c. à café de bicarbonate de soude
• 1 pincé de sel
• 1 c. à soupe de cacao en poudre non sucré
• 320ml de lait d’amande
• 50g d’huile de coco

Pour le glaçage :
• 225g de sucre glace
• 5 c. à soupe de café

Préparation :
Préchauffer le four à 200°C.
Dans un bol, mélanger la farine, le sucre roux, le sucre vanillé, la levure, le bicarbonate de soude, le sel et le cacao.
Faire fondre l’huile de coco puis la mélanger avec le lait.
Incorporer le mélange humide au mélange sec et mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène.
Remplir les moules à donuts au 3/4 (préalablement huilé et fariné s’ils ne sont pas en silicone).
Enfourner pour environ 12 minutes.
Laisser refroidir et déposer les donuts sur une grille.
Préparer un café puis mélanger 4 cuillères à soupe avec le sucre glace.
Tremper une face du donut dans le glaçage puis le reposer sur la grille.
Réitérer l’opération avec tous les donuts.
Parsemer légèrement de noix de coco en poudre.







Un weekend en Bretagne à l’hotel de La Butte

Pour celles et ceux qui me suivent sur Instagram, vous avez surement dû voir qu’il y a quelques semaines maintenant, j’avais passé un petit weekend en Bretagne avec ma super copine Emilie, alias Griottes. Ce weekend au grand air était l’occasion de faire un bon break avant une fin d’année qui s’annonçait bien chargée (et je vous confirme que c’est bien le cas haha) et surtout c’était l’occasion d’aller découvrir un magnifique petit hôtel situé à la pointe de la Bretagne, j’ai nommé l’hôtel de La Butte à Plouider

C’est donc un samedi matin d’octobre, alors que le soleil n’était pas encore levé, qu’Emilie et moi nous sommes retrouvées à la gare Montparnasse pour partir en direction de Plouider. Après quelques heures de train, un taxi réservé par l’hôtel nous attendait à la gare de Morlaix pour une petite demi-heure de route avant de pouvoir enfin déposer nos valises. Et autant vous dire que dès notre arrivée, nous sommes tombées sous le charme du lieu. Un accueil aux petits soins, un lieu très cosy, une chambre spacieuse et surtout du calme ! Exactement tout ce dont nous rêvions en quittant Paris.

Nous faisons un aller-retour rapide dans notre chambre pour laisser nos quelques bagages, puis nous filons au Comptoir pour déjeuner. Le Comptoir de la Butte est un nouveau concept de restauration gastronomique qui propose une carte courte et de saison qui change régulièrement. Comme nous sommes en Bretagne, j’en ai profité pour manger du poisson ! J’ai donc opté pour la pêche du jour qui était un délicieux filet d’aiglefin accompagné d’une tombée d’épinards. Un plat à la fois simple et très fin, et surtout délicieux. Nous avions également pris quelques accompagnements en plus, et je pense que c’était la meilleure idée du jour. Le rizzo crémeux au Comté cuivré était complètement fou et les pommes de terres fondantes au beurre… j’en salive rien que de vous en reparler. Juste le temps de prendre un petit dessert et nous retournons vers notre chambre pour enfiler notre maillot et un petit peignoir avant de rejoindre le Spa de l’Hôtel pour une séance cocooning.

Avant de faire un plouf dans la jolie piscine avec vue sur la baie de Goulven et les champs de choux, direction l’espace de soin pour un modelage de 50 minutes. Si vous saviez à quel point je rêvais de ce moment… car être photographe c’est faire travailler ses yeux mais aussi beaucoup son dos. Et autant vous dire qu’après cette année intense, le pauvre souffrait un peu le martyre. Ce moment de détente était donc plus que bienvenu et j’en suis ressortie comme sur un nuage. Je pense d’ailleurs que c’était pareil pour ma petite Griottes, qui en avait autant besoin que moi. Les équipes du Spa sont adorables, bienveillantes et s’adaptent aux besoins de chacun de leurs clients. L’idéal pour refaire le plein d’énergie. Après ce doux moment, nous avons rejoint la piscine pour faire quelques longueurs avant de regagner nos chambres. L’espace Bien-Être de l’hôtel dispose aussi d’un hammam et d’un sauna pour celle et ceux qui souhaitent encore prolonger l’instant de détente. Après une bonne douche, nous sortons prendre l’air pour faire un petit tour dans les champs de choux et de maïs qui entourent l’hôtel. L’occasion de faire quelques photos mais aussi quelques rencontres… (arachnophobes s’abstenir de se promener dans les champs de maïs en plein automne, si vous voyez ce que je veux dire…). Après ces quelques surprises, il est temps de retourner à l’hôtel, le soleil se couche et notre cocktail nous attend au Comptoir. 

Nous dinons une nouvelle fois au Comptoir de l’hôtel car malheureusement le restaurant étoilé était déjà complet depuis un moment. Et oui, à l’hôtel de La Butte, en plus d’avoir un cadre magnifique, il y a aussi un chef super talentueux. En cuisine, c’est Nicolas Conraux qui office. Il propose une cuisine de tradition, prend à coeur de mettre en avant les produits frais et du terroir. Une cuisine de passion qui lui a permis d’être récompensé par une étoile au guide Michelin. Alors même si nous n’avons pas pu manger au restaurant étoilé ce soir là, nous nous sommes tout de même une fois de plus régalé au Comptoir. J’ai cette fois craqué pour les Saint-Jacques… un vrai petit délice. Une petite coupe de glace et au dodo. Cette première journée détente nous a vraiment permis de nous relaxer et de faire une vraie pause. Nous étions tellement détendu qu’on a vite retrouvé les bras de Morphée. 

Après une bonne nuit de sommeil, réveil tout en douceur et direction la salle de petit déjeuner. Je m’attendais un peu à ce que le petit déjeuner soit bon vu ce que nous avions pu manger jusque là mais la réalité était bien au delà de mes attentes. Ici tout est fait maison ! L’hôtel dispose de sa propre boulangerie où on prépare les différents pains pour les restaurants mais aussi les viennoiseries et gâteaux servis au petit-déjeuner. Mention ultra spéciale pour le croissant aux amandes qui était vraiment à tomber par terre !! Et ce n’est pas ma petite Griottes qui dira le contraire. Après s’être bien rempli le ventre, nous filons dehors pour une dernière petite balade à la fraîche. L’occasion de piquer l’un des vélos électriques que l’hôtel met à disposition des clients. Idéal pour faire de longues promenades sans avoir à sortir la voiture. Nous regagnons doucement l’hôtel pour rejoindre les cuisines où le chef Nicolas nous attendait pour nous présenter quelqu’uns de ses plats. Alors même que ses équipes et lui même étaient en plein feu pour le service, il a pris le temps de nous recevoir et de nous faire découvrir ses cuisines. L’occasion d’échanger un peu avec le chef sur ses valeurs et ses envies avant de déguster quelques uns de ses plats. Nous avons ainsi pu gouter le lieu de ligne noisette, poireaux de Bédiez et beurre fumés, quelques ormaux, et des huîtres. Un vrai bol de fraîcheur et de bonnes choses. Puis quelques desserts avant de déjà devoir dire au revoir à ce lieu merveilleux. C’est le ventre bien tendu, l’esprit tout léger et le corps dénoué que nous repartons vers Paris, avec une seule question en tête : qu’en est ce qu’on y retourne ? 

Je tenais a remercier chaleureusement toutes les équipes de l’hôtel de La Butte à Plouider ainsi que Solène et Nicolas Conraux-Bécam pour leur accueil chaleureux. Mais aussi surtout Cimer Albert, sans qui tout ce weekend n’aurait pas été aussi magique. Albert est le garant d’un séjour parfait, qui nous correspond. Toujours là pour nous, il ne nous décevra jamais grâce à ses équipes de choc et son professionnalisme à toute épreuve, un voyage « sur mesure » pour des vacances à l’hôtel comme à la maison. Et là vous, vous demandez surement, mais qui c’est ce fameux Albert qui rend ces séjours aussi magique ?!! Et bien ce sont toutes ces personnes qui contribuent à ce que votre séjour à l’hôtel se passe sous les meilleures conditions possibles. Toutes ces personnes qui sont à vos petits soins, répondent à vos attentes, vous conseillent, vous écoutent, vous font découvrir, et font de votre séjour une réussite. Alors un grand Cimer Albert ! 

Boulettes d’agneau façon falafel et labné

Il y a quelques jours, j’ai été contacté par l’interprofession de l’agneau qui m’a mis au défi de créer une recette avec… vous l’aurez deviné, de l’agneau. Alors je l’avoue, l’agneau fait partie de ces viandes que j’aime beaucoup mais que je cuisine finalement très peu. J’ai davantage l’habitude d’en consommer lorsque je vais au restaurant ou lors de repas de famille lorsque ma grand mère fait son délicieux gigot d’agneau (rien que d’y repenser, j’en salive). Du coup, l’idée d’imaginer une recette autour de l’agneau me plaisait pas mal car non seulement ça allait me permettre d’en manger haha mais surtout parce que c’était l’occasion de me challenger. L’objectif étant de sortir un peu des recettes traditionnelles et de créer quelque chose plus dans l’air du temps (même si le bon gigot de mamie aura toujours sa place dans mon coeur et surtout dans mon ventre). Bref, pour cette recette j’ai donc choisi d’utiliser de la selle d’agneau pour faire des boulettes façon falafel, qui vont ensuite garnir une pita recouverte de délicieux labné. J’espère que cette petite recette vous plaira. Et si vous avez d’autres idées de recettes avec de l’agneau n’hésitez pas à me les donner en commentaire. Je serais ravie de voir comment vous le cuisinez.

Ingrédients pour 4 personnes :
Pour les boulettes :
• 200g de pois chiches cuits
• 200g de selle d’agneau
• 1/2 oignon rouge
• 2 gousses d’ail
• 15g de persil plat frais
• 20g de coriandre fraîche
• 2 c. à soupe de graines de sésame doré
• 1 c. à café de coriandre en poudre
• 1 c. à café de cumin en poudre
• 1 c. à café de piment de cayenne en poudre
• sel, poivre

Pour le labné :
• 500g de yaourt grec
• 8cl d’huile d’olive
• Fleur de sel

Pour servir :
• 4 pains pita
• Huile d’olive
• Zaatar
• 1/2 oignon rouge
• Quelques feuilles de coriandre
• Quelques feuilles de menthe
• Graines de sésames doré
• 1/2 citron vert
• Sel
• Poivre

Préparation :
Le labné (recette inspirée du délicieux labné de Mokonuts) à préparer la veille :
Verser le yaourt grec dans une étamine.
Réunir les côtés et faire un noeud.
Attacher le tout sur le manche d’une cuillère en bois, posée sur les bords d’un saladier (l’ensemble ne doit pas toucher le fond). Laisser égoutter au frais pendant 1 nuit.
Le lendemain, verser le yaourt égoutté dans un saladier et mélanger au fouet avec 8cl d’huile d’olive.
Saler, et mélanger de nouveau.
Réserver au frais jusqu’à utilisation.

Les boulettes :
Rincer et bien sécher les pois chiches à l’aide d’un linge propre.
Émincer l’oignon, l’ail et les herbes fraîches.
Couper la selle d’agneau en morceaux.
Verser les pois chiches, l’agneau, l’oignon, l’ail et les herbes dans un récipient.
Ajouter les graines de sésame doré, la coriandre en poudre, le cumin et le piment de cayenne.
Saler, poivrer.
Puis mélanger le tout.
Verser la préparation dans le bol d’un blender ou d’un mixeur et mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène.
Ne pas trop mixer afin de garder une certaine consistance.
Former une douzaine de boules de pâte à l’aide des mains et bien presser pour que celles-ci ne s’effritent pas lors de la cuisson.
Verser 2 cuillères à soupe d’huile dans une casserole et faire cuire les boulettes une dizaine de minutes tout en les retournant régulièrement afin que chaque face soit bien dorée.
Réserver.

Dressage :
Verser une bonne cuillerée de labné sur chaque pain pita.
Disposer 3 boulettes sur le labné.
Verser ensuite un filet d’huile d’olive et parsemer le tout de zaatar.
Émincer le demi oignon rouge et disposer quelques lamelles sur les boulettes.
Ajouter quelques feuilles de coriandre et de menthe, quelques graines de sésame doré.
Verser un petit filet de jus de citron vert.
Saler et poivrer légèrement.
Servir.

Article sponsorisé







Soupe de courges Jack Bee Little, panais, coco et curcuma + Concours

Alors certes les températures automnales ne sont pas encore au rendez-vous mais ce n’est sûrement pas ça qui va m’empêcher d’ouvrir la saison des soupes. Nous sommes enfin arrivés à cette période de l’année où toutes les courges pointent le bout de leur nez et rien ne pouvait plus me réjouir. Je ne sais pas vous, mais moi j’adore les cuisiner ! Il existe tellement de variétés et de façon de les préparer, qu’il y a largement de quoi se faire une recette différente chaque jour. En plus d’être fan de leur goût, j’adore aussi tous leurs petits noms parfois très mignons comme la courge Baby Boo, Red Curry, Small Sugar, ou la Sweet Mama. Pour cette recette j’ai jeté mon dévolu sur la courge Jack Bee Little que j’ai accompagné de panais, de crème de coco et de curcuma pour la petite touche d’épice.

Cette petite soupe était aussi l’occasion de tester une nouvelle recette avec mon SuperBlender KitchenAid Artisan dont je vous avais déjà parlé il y a quelques semaines par ici. Ce SuperBlender dispose d’un programme qui permet de réaliser une soupe en seulement 5 minutes sans même avoir à cuire les ingrédients au préalable. Si ça ce n’est pas le rêve franchement ! Car se préparer de bonnes soupes maison c’est l’idéal mais si on peut en plus les préparer en si peu de temps alors là c’est juste le paradis. On peut dire au revoir les soupes en boite qu’on choisit par défaut pour leur facilité d’utilisation et bonjour aux bons légumes frais du marché ! Il suffit juste de les préparer (rinçage, épluchage, découpage) et de tout mettre dans le blender avec les autres ingrédients, de se mettre sur le mode soupe et le tour est joué. On obtient une délicieuse soupe bien lisse et on garde davantage les bienfaits nutritionnels des légumes puisqu’ils sont cuits beaucoup moins longtemps. Alors ça vous fait envie ?

J’espère bien car avec KitchenAid, nous vous avons réservé une belle surprise. La période des fêtes approche à grands pas et nous nous sommes dit qu’il serait chouette de vous gâter un peu avant l’heure. Vous commencez à voir où je veux en venir ? Et bien oui, avec KitchenAid nous vous offrons la possibilité de remporter un SuperBlender Artisan pour que vous puissiez vous aussi réaliser de bonnes soupes, mais aussi des jus, des smoothies, des pesto, ou encore des laits végétaux par exemple.

Pour participer, il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous et de remplir le petit formulaire.

CONCOURS TERMINÉ

Félicitations à Camille Petillon qui remporte le SuperBlender KitchenAid. Encore merci à tous pour vos très nombreuses participations et n’allez pas très loin car je reviens très vite avec un nouveau concours.

Vous avez jusqu’au Mardi 13 Novembre pour tenter votre chance. Un gagnant sera tiré au sort parmi les commentaires et annoncé dans cet article le mercredi 14 novembre. Bonne chance et maintenant passons à la recette.

Soupe de courges Jack Bee Little, panais, coco et curcuma
Ingrédients pour 4 bols :
• 500g de courge Jack Bee Little
• 300g de panais (environ 3 panais)
• 1 demi oignon rouge
• 1 gousse d’ail
• 2 c. à soupe d’huile d’olive
• 2 c. à café de curcuma
• 500ml d’eau
• 10cl de crème de coco
• Sel
• Poivre 

Pour la garniture :
• 150g de pois chiche
• 2 c. à soupe d’huile d’olive
• 1 c. à café de paprika
• 1 c. à café de cumin
• 1 c. à café de piment d’espelette
• 1 c. à café d’origan
• 1 c. à café de thym
• Quelques feuilles de sauge
• Paprika
• Poivre 

Préparation :
Éplucher le potiron et les panais puis les couper en morceaux.
Éplucher l’oignon rouge et l’ail puis les émincer.
Dans une casserole, faire revenir l’oignon rouge et l’ail dans l’huile d’olive.
Ajouter le curcuma et laisser cuire 5 minutes en remuant régulièrement.

Avec le SuperBlender KitchenAid :
Verser la préparation oignon, ail et curcuma dans le blender.
Ajouter les courges, le panais et l’eau.
Ajouter 8cl de crème de coco, saler, poivrer et utiliser le programme soupe.
Une fois le programme terminé, vérifier l’assaisonnement et corriger si besoin.

Sans le SuperBlender KitchenAid:
Ajouter ensuite les courges et le panais, puis couvrir d’eau.
Porter le tout à ébullition puis laisser frémir sur feu moyen pendant environ 20 minutes.
Vérifier la cuisson en plantant la lame d’un couteau dans les légumes.
Une fois les légumes cuits, verser le contenu de la casserole dans un blender.
Ajouter 8cl de crème de coco, saler, poivrer et mixer.
Vérifier l’assaisonnement et corriger si besoin.


Pendant ce temps, préparer les pois chiches.
Dans une poêle, verser l’huile d’olive puis faire revenir les pois chiches avec le paprika, le cumin, le piment d’espelette, l’origan et le thym.
Bien mélanger pour que les pois chiches soient complètement enrobés par le mélange d’épices.
Faire revenir quelques minutes en remuant régulièrement, jusqu’à ce que les pois chiches soient dorés.
Réserver

Verser la soupe dans les bols puis ajouter le reste de crème de coco à l’aide d’une cuillère.
Parsemer chaque bol de pois chiches épicés, d’une pincée de paprika, d’un peu de poivre et de quelques feuilles de sauge.
Déguster bien chaud.

Article sponsorisé







Gâteau aux figues, amandes et pistaches

S’il y a bien un fruit que j’attends avec presque autant d’impatience que la rhubarbe chaque année, c’est bien la figue. Ce petit bijou violet au coeur rouge et sucré est vraiment un ingrédient que j’adore utiliser en pâtisserie. J’ai hésité à vous préparer une tarte rustique avec (car c’est généralement ce que je fais avec les figues et pratiquement tous les autres fruits d’ailleurs haha) mais j’ai finalement opté pour quelque chose d’encore plus gourmand et réconfortant. Vous l’aurez surement remarqué, la figue se marie à la perfection avec les fruits à coque, et comme je n’ai pas trop su me décider, dans cette recette j’ai choisi de l’accompagner d’amandes et de quelques pistaches. Le résultat, un gâteau plutôt sympa pour faire la transition entre l’été et l’automne. On retrouve la chaleur des figues qui ont muries au soleil et le côté réconfortant du moelleux à l’amande, pas désagréable avec la récente baisse des températures.

J’espère que cette petite recette vous plaira autant qu’à moi. N’hésitez pas à me faire vos retours ou à me taguer sur vos réalisations.

Ingrédients
• 100g de sucre
• 130g de beurre à temperature ambiante
• 2 oeufs
• les graines d’une gousse de vanille
• 120g d’amandes en poudre
• 70g de farine
• 1/2 c. à café de cannelle
• 1 pincée de sel
• 70g de yaourt grec
• 8 figues de taille moyenne
• Quelques pistaches concassées
• Du miel

Préparation
Préchauffer le four à 200°C.
À l’aide d’un robot, mélanger le sucre et le beurre jusqu’à obtenir une consistance crémeuse et homogène.
Ajouter les oeufs un par un et mélanger de nouveau.
Incorporer les graines de vanille.
Dans un bol, mélanger la poudre d’amande, la farine, la cannelle et le sel.
Puis incorporer le tout au mélange précédent.
Ajouter le yaourt, et mélanger légèrement jusqu’à obtenir une préparation homogène.
Beurrer et fariner un moule à manquer de 20cm de diamètre.
Verser la préparation dans le moule.
Nettoyer les figues, les couper en quartiers, puis les placer sur la pâte à gâteau.
Enfourner le gâteau pour 15 minutes, puis baisser la température à 170°C et poursuivre la cuisson pendant 40 minutes.
Sortir le gâteau du four puis le laisser refroidir une quinzaine de minutes avant de le démouler.
Avant de servir, parsemer le gâteau de pistaches concassées puis verser 2 à 3 cuillères à café de miel.
(Pour ma part j’ai utilisé du miel de sauge, un petit délice).







Gin-gin mule à la fraise intense Bonne Maman + Concours

C’est l’été, il fait beau, il fait chaud et tout ce dont on a envie c’est de se faire de bons petits apéros avec les amis ou la famille. Et qui dit apéro, dit forcément petits cocktails !
Il y a quelques jours, Bonne Maman m’a mis au défi de créer un cocktail avec leur nouvelle gamme de Confitures Intenses. Des confitures qui, comme l’indique leur petit nom, sont plus intenses en fruits mais surtout moins sucrées ! Et ça c’est quand même une bonne nouvelle. Parmi les 16 parfums, j’ai choisi de jeter mon dévolu sur la Fraise Intense. D’abord parce que j’adore la confiture à la Fraise (même si la myrtille reste ma préférée je l’avoue…) et parce que c’est la confiture qui m’a tout de suite inspirée pour ma recette de cocktail. La fraise c’est doux, ça fait penser à l’été et aux vacances, du coup je ne voyais pas mieux pour cette recette. J’ai ajouté une petite pointe de menthe pour la fraîcheur, du gin et de la ginger beer (je ne sais pas vous mais moi j’adore ça !) pour créer ma version du Gin-gin mule améliorée.

J’espère que cette recette vous plaira et vous accompagnera lors de vos prochains apéros de l’été.
D’ailleurs pour vous aider à les préparer chez vous, je vous propose un petit concours bien sympa pour tenter de remporter :
Lot 1 : Deux places pour un atelier cocktail au Lavomatic, 30 rue René Boulanger – Paris 10ème, le Dimanche 29 Juillet de 14h00 à 16h00. (Transport non fourni)
Lots 2 et 3 : Un coffret à cocktails comprenant un set à cocktails, des verres Bonne Maman, 3 confitures Intenses, 3 recettes de cocktails

Pour tenter votre chance, il vous suffit de cliquer juste ici et de compléter le petit formulaire.
Vous avez jusqu’au Mercredi 25 Juillet minuit pour participer. Les 3 gagnants seront tirés au sort et annoncés juste ici jeudi matin.
Bonne chance !

CONCOURS TERMINÉ !
Félicitations à Manuela Meunier qui a remporté ses places pour l’atelier cocktail, ainsi qu’à Maëva Cherrier et Charles Cany qui ont remporté leur coffret à cocktails.

 

Ingrédients pour 1 verre :
6 feuilles de menthe
1 c. à soupe de confiture de fraise intense Bonne Maman
5 cl de Gin
1,5 cl de jus de citron vert
6 cl de ginger beer

Préparation :
Déposer les feuilles de menthe au fond d’un shaker et les écraser à l’aide d’un pilon.
Remplir le shaker de glaçons jusqu’à la moitié puis ajouter la confiture de fraise, le Gin et le jus de citron vert.
Secouer le shaker jusqu’à l’apparition de givre sur les parois extérieures.
Filtrer en versant dans le verre à cocktail rempli de glace puis compléter avec la ginger beer.

 

Article sponsorisé







Où partir en weekend cet été ?

Cela fait un petit moment que je ne vous ai pas fait un article bonnes adresses sur le blog et comme j’ai découvert pas mal d’endroits bien sympas depuis le début de cette année, je me suis dit qu’il était temps de vous les partager. Parce que c’est bientôt les vacances pour beaucoup d’entre vous, que certains ne savent pas encore où ils vont partir ou que d’autres n’ont malheureusement pas la chance d’avoir de longues semaines pour partir au bout du monde, j’ai décidé de vous faire une petite sélection de bonnes adresses pour un petit weekend sympa en France. Parce que oui, partir à l’autre bout de la planète c’est bien, mais il y a aussi de super endroits à découvrir en France et qui méritent qu’on y fasse un tour. Alors on enfile ses baskets, on fait le plein d’essence, on prend ses billets de trains ou d’avion et on file à la découverte de ces 4 adresses où il fait bon manger et se relaxer le temps d’un weekend !

ARLES – LA CHASSAGNETTE ET L’HÔTEL DU CLOÎTRE

Situé au coeur de la Camargue, à 12 minutes du centre d’Arles, cette ancienne bergerie transformée en mas accueille aujourd’hui le restaurant étoilé ainsi que le sublime potager du chef Armand Arnal. La cuisine du chef se façonne au rythme de la nature et des cueillettes dans le potager. Ici le produit est roi, et tout est fait pour le mettre à l’honneur dans les assiettes. Les fruits et légumes sont récoltés sur place, passent en cuisine et arrivent directement dans notre assiette. On ne peut pas faire mieux en terme de circuit court, de cuisine locale et de saison. Même s’il cuisine bio, local et sans gluten, le chef Armand Arnal ne se définit pas comme un chef activiste, glutenfree ou freegan, c’est tout simplement un chef cohérent qui met à l’honneur les produits de sa région. Si son pain, qui est délicieux et préparé sur place, est sans gluten, c’est tout simplement parce qu’il est fait à base de farine de riz, qui comme vous le savez est un produit phare de la Camargue.
Si vous vous y rendez cet été, vous aurez surement la chance de déguster la surprenante recette des tournesols en barigoule d’Armand Arnal, mais aussi les tomates bien charnues du potager !
Une fois que vous serez bien repus, vous pourrez profiter d’une balade dans le potager pour digérer ou alors passer du côté du terrain de pétanque pour défier les copains avant de retourner sur Arles retrouver votre chambre à L’Hôtel du Cloitre.
Situé en plein coeur du centre historique d’Arles, L’Hôtel du Cloitre est l’adresse idéale pour passer un weekend en toute tranquillité. Ses 19 chambres sont toutes plus jolies les unes que les autres. Un lieu unique qui mélange avec beaucoup de goût la pierre ancienne et le design moderne. Et pour ne rien gâcher, le restaurant de l’hôtel propose également un cuisine délicieuse, dont la carte est aussi élaborée par le chef Armand Arnal.


Mas de la Chassagnette
Chemin du Sambuc, 13200 Arles
Ouvert tous les jours, midi et soir, du 21 juin au 21 septembre.
Puis, le reste de l’année, tous les jours à midi et le soir des jeudis, vendredis, samedis et veilles de jours fériés.

L’Hôtel du Cloitre
18, rue du Cloître, 13200 Arles

 

GRIGNAN – LE CLAIR DE LA PLUME

Pour cette seconde adresse, on remonte un peu dans les terres et on file vers le joli village de Grignan, dans la Drôme. Si le lieu est connu pour son magnifique château de la renaissance, il l’est aussi grâce au Clair de la Plume, son hôtel et sa table étoilée. Ici c’est le chef Julien Allano qui est aux commandes. Son leitmotiv ? L’évolution dans la tradition. Le chef a à coeur de cuisiner des produits locaux, de saison et de proposer une carte à la fois moderne et centrée sur l’authenticité du produit. Dans le restaurant gastronomique de l’hôtel, il décline une cuisine raffinée et au style soignée, et au bistrot, une cuisine plus traditionnelle et conviviale, de quoi combler toutes les envies. Les petits gourmands comme moi profiteront du salon de thé pour déguster quelques pâtisseries du chef accompagnées d’une tasse de thé.
Le Clair de le Plume propose une quinzaine de chambres réparties entre la Maison Principale, la Maison Privée (2 minutes à pied) et le Pavillon des Amoureux situé à quelques centaines de mètres dans le Jardin Méditerranéen. Toutes les chambres ont été décorées avec des meubles chinés par les propriétaires et dans le respect de l’histoire des bâtisses qui datent du XVIIIème et XIXème siècle. Des chambres pleines de charmes, où on prend plaisir à s’installer et se reposer après une petite visite du Château de Grignan. L’adresse idéale pour un weekend bucolique en amoureux.

Le Clair de la Plume
2, place du mail, 26230 Grignan
Restaurant Gastronomique
Ouvert du mercredi au dimanche : Déjeuners : de 12h à 13h30 – Dîners : de 19h30 à 21h00.

 

GORDES – LES BORIES & SPA

Nous retournons en Provence et filons cette fois vers l’un des plus beaux villages du parc naturel du Luberon : Gordes. Perché sur un rocher, le village regorge de petits trésors comme son château, ses 2 abbayes, ses nombreux hameaux et surtout son magnifique hôtel Les Bories & Spa. C’est au milieu des oliviers, des chênes verts et des cyprès, dans un domaine de 8 hectares que se niche l’hôtel. Si je devais résumer mon séjour là-bas en un mot, je choisirais : sérénité. L’hôtel Les Bories est un véritable havre de paix. Sa piscine avec vue panoramique, ses chambres spacieuses, son spa et son restaurant étoilé font de ce lieu un endroit parfait pour déconnecter et s’échapper du quotidien.
En cuisine c’est Grégory Mirer le chef d’orchestre. Auréolé d’une étoile au Guide Michelin, le chef propose une cuisine inventive faite de produits frais et locaux. Gregory Mirer ne manque pas de ponctuer ses assiettes avec les nombreuses herbes aromatiques et fleurs du petit jardin potager de l’hôtel. Et même si sa cuisine a de fortes influences méditerranéennes, le chef n’hésite pas à y ajouter des petites touches d’exotisme pour surprendre ses convives.
Pendant le séjour, on n’hésite pas à profiter du SPA pour définitivement lâcher prise et revenir au boulot en pleine forme !


Les Bories & Spa
Route de l’Abbaye de Sénanque, 84220 Gordes
Restaurant Gastronomique
Ouvert tous les soirs du Mardi au Samedi inclus de 19h30 à 21h30

 

MONTLIVAULT – LA MAISON D’À CÔTÉ

On termine cette petite escapade en passant par la route des châteaux de la Loire pour déposer nos valises à Montlivault afin de découvrir La maison d’à côté. Depuis 2014, Christophe Hay propose dans son établissement une cuisine créative, moderne et végétale, privilégiant lui aussi les producteurs locaux et en cultivant une partie de ses ingrédients dans son potager situé non loin de son restaurant. Récompensé d’une étoile au Guide Michelin, de trois Toques au Gault et Millau et du titre de maître cuisinier Christophe Hay fait également partie du mouvement R Durable qui vise à promouvoir une restauration plus responsable. Un chef bien dans son temps qui a très bien compris les enjeux de la cuisine de demain. La cuisine étant ouverte sur la salle, les convives ont le plaisir de profiter du ballet des cuisiniers et de jouer les petits curieux entre chaque plat.
Une fois notre repas terminé, on file visiter le Château de Chambord situé à moins de 10km de l’établissement avant de retrouver la douceur de notre chambre.
La maison d’à côté renferme 4 suites à la décoration unique, chacune tournant autour d’une thématique : le cuir, les écailles, les plumes et le bois. Un peu plus loin, au numéro 25 de la rue de Chambord, on retrouve 8 chambres doubles, récemment rénovées dans l’esprit de l’auberge de campagne. Une destination idéale pour un séjour culturel et gastronomique !

La maison d’à côté
17 Rue de Chambord, 41350 Montlivault
Restaurant Gastronomique fermé les :
Mercredi du 1er mai au 1er septembre, Mardi et mercredi du 2 septembre au 30 avril







Green pizza et son pesto menthe – basilic

S’il y a bien une chose qui m’est quasiment indispensable en cuisine, c’est bien le blender ! Vous connaissez déjà ma passion pour les smoothies donc autant vous dire que pour les préparer, le blender est mon meilleur allié. Mais pas que ! Car le blender c’est un peu le robot à tout faire. Grâce à lui on peut préparer des smoothies, mais aussi des soupes, des purées, des bases pour faire de la glace, des sauces, des cocktails… bref vraiment tout plein de bonnes choses. Donc dans ma cuisine, il a vraiment une place de choix et ça chez KitchenAid ils l’ont bien compris puisqu’il y a quelques jours, ils m’ont envoyé leur SuperBlender Artisan. Et on ne va pas se mentir en disant que ce blender est ce qu’on pourrait appeler la Rolls Royce des robots de cuisine. Je suis fan de son design épuré (un peu comme tous les produits de KitchenAid d’ailleurs), il est super puissant avec son moteur de 3,5C (1800 watts), il dispose de 4 programmes qui facilitent un peu la vie : smoothie, jus, soupe et auto-nettoyage (et autant vous dire que ce dernier programme est presque le plus important car si comme moi vous avez l’habitude d’utiliser un blender à la maison vous savez à quel point le nettoyer peut être chiant haha). Maintenant que j’ai ce petit bébé entre les mains, je me suis dit qu’il était temps de le tester et de vous préparer une bonne petite recette avec.

J’ai décidé de mettre à l’épreuve mon blender en préparant un bon pesto maison et le défi est plus que relevé ! En 5 minutes j’ai obtenu un pesto à la texture souple et homogène, parfait pour être utilisé comme base d’une délicieuse pizza.

Bon, je crois que je vous ai assez fait baver, il est temps de vous livrer la recette de ma green pizza et son pesto menthe-basilic.

PS : Si vous aussi vous avez craqué sur le Superblender Artisan de KitchenAid vous pouvez le commander en cliquant ici et profiter d’une réduction de 10% grâce au code BBLE10. Enfin je dis ça, je dis rien…


Ingrédients pour 4 personnes :

Pour la pâte à pizza :
• 250g de farine
• 10cl d’eau tiède + 5cl pour diluer la levure
• 13g de levure de boulanger fraiche
• 1/2 c. à c. de sucre
• 1 c. à c. de sel
• 1 c. à s. d’huile d’olive

Pour le pesto :
• 120g de feuilles de basilic
• 80g de feuilles de menthe
• 100g de pignons de pin
• 100g de parmesan
• 100g d’huile d’olive
• 1 pincée de sel

Pour la garniture :
• 1 tomate purple calabash (ou autre variété)
• 150g de pois gourmands
• 250g de petits pois
• 1 burrata
• Quelques noix de pécan
• 2 poignées de feuilles de roquette
• Sel, poivre


Préparation : 

Étape 1 -> la pâte à pizza
Délayer la levure dans 5cl d’eau tiède.
Disposer la farine dans un grand saladier, faire un puits au centre, verser la levure et le sucre puis mélanger.
Ajouter le sel.
Incorporer au fur et à mesure l’eau tiède puis commencer à pétrir à l’aide d’un robot ou à la main.
Verser l’huile d’olive et pétrir pendant 2 minutes.
Laisser la pâte reposer 10 minutes, couverte d’un torchon humide pour qu’elle ne se dessèche pas.
Pétrir de nouveau la pâte pendant 10 minutes puis former une boule.
Déposer la pâte dans un récipient légèrement huilé et couvrir d’un torchon humide.
Laisser la pâte lever pendant 2 heures dans un four éteint, préchauffé préalablement à 50°C.

Étape 2 -> le pesto
Laver les feuilles de basilic et de menthe.
Placer tous les ingrédients dans le blender et mixer jusqu’à obtention d’une consistance homogène.
Verser la préparation dans un récipient hermétique.
Réserver.

Étape 3 -> le dressage
Préchauffer le four à 200°C.
Laver la tomate, les pois gourmands et écosser les petits pois.
Porter une casserole d’eau salée à ébullition puis plonger les pois gourmands et les petits pois.
Baisser légèrement le feu et laisser cuire 3 minutes.
Verser le contenu de la casserole dans une passoire et arroser d’eau glacée. Réserver.
Étaler la pâte à pizza sur une feuille de papier cuisson.
Couper la tomate et la burrata en lamelles.
Étaler le pesto sur la pizza en laissant un bord d’environ 2-3cm. Mettre au frais le pesto restant.
Puis garnir la pizza avec les lamelles de tomates et de burrata, les petits pois et les pois gourmands.
Parsemer le tout de noix de pécan concassées.
Enfourner pour 15-20 minutes.
Une fois cuite, déposer la roquette sur la pizza, saler, poivrer et servir.

Article sponsorisé