Tarte à la rhubarbe pochée

Après vous avoir parlé de ma grande passion pour la banane, voici un autre fruit que j’adoooore : la rhubarbe. La saison est assez courte donc chaque année, je fais une véritable cure dès qu’elle arrive sur les étales. J’aime beaucoup son petit côté acidulé. Mon grand plaisir c’est de la faire en tarte rustique, mais pour cette nouvelle recette j’ai décidé de changer un peu mes habitudes et de vous proposer une autre version de la tarte. Cette fois la rhubarbe est pochée dans un délicieux jus de fraise et mariée à une chantilly bien généreuse pour encore plus de gourmandise. Le tout est délicatement dressé sur un fond de tarte aux flocons d’avoine, idéal lorsqu’on veut faire une tarte express et ne pas attendre des heures que la pâte prenne au frigo.

Ingrédients pour une tarte de 6-8 personnes
Pour le fond de tarte :
• 2 c. à soupe de sucre
• 4 c. à soupe de sucre roux
• 70g de flocons d’avoine
• 40g de farine
• 1 pincée de sel
• 1/4 c. à café de cannelle
• 1 pincée de cardamome
• 60g de beurre

Pour la rhubarbe pochée :
• 300g de fraises bio
• 80g de sucre
• les graines d’une gousse de vanille
• 200ml d’eau
• 4 branches de rhubarbe bio

Pour la chantilly :
• 10cl de crème liquide
• 200g de mascarpone
• 3 cuillères à soupe bombées de sucre glace
• les graines d’une gousse de vanille

Pour le dressage :
• quelques brins d’aneth

Étape 1 -> le fond de tarte
Dans un bol, mélanger le sucre, le sucre roux, les flocons d’avoine, la farine, le sel, la cardamome et la cannelle.
Ajouter le beurre froid coupé en morceaux et mélanger du bout des doigts afin de former comme un crumble.
Verser la préparation dans un moule à tarte rectangulaire (environ 30x11cm) et tasser sur le fond ainsi que les cotés du moule.
Bien remonter sur les bords.
Placer au réfrigérateur 15 minutes.
Préchauffer le four à 180°C puis enfourner le fond de tarte 18 minutes.
Laisser complètement refroidir puis démouler délicatement.

Étape 2 -> la rhubarbe pochée
Laver, équeuter et couper les fraises en morceaux.
Verser les morceaux dans une casserole avec le sucre, la vanille et l’eau.
Porter le tout à ébullition puis cuire 2-3 minutes.
Laisser refroidir puis filtrer le jus.
Laver et couper la rhubarbe en tronçons (un peu plus petit que la largeur du moule) sans l’éplucher.
Verser le jus de fraise dans une casserole puis le porter à ébullition.
Baisser le feu, plonger les morceaux de rhubarbe et cuire 4-5 minutes jusqu’à ce que la rhubarbe soit juste tendre.
Attention à ne pas trop cuire sinon la rhubarbe va se transformer en compote.
Retirer les morceaux de rhubarbe de la casserole.
Laisser refroidir complètement.
Conserver le jus de fraise.

Étape 3 -> la chantilly
Verser la crème liquide et la vanille dans le bol d’un robot puis monter le tout en chantilly.
Incorporer la mascarpone puis battre de nouveau tout en ajoutant progressivement le sucre jusqu’à obtenir une consistance homogène.
Conserver au frais jusqu’à utilisation.

Étape 4 -> le montage
Étaler la chantilly dans le fond de tarte.
Disposer dessus les morceaux de rhubarbe pochées puis verser du jus de fraise.
Ajouter quelques brins d’aneth.
Servir.

Burger veggie à la betterave + concours

Pour celles et ceux qui ne le savent pas encore, il y a quelques jours maintenant j’ai publié 4 nouveaux livres (oui, oui j’ai bien dit 4…) aux éditions Marabout. Des livres qui font partie d’une toute nouvelle collection que j’ai eu la chance de développer avec Marabout. Cette collection s’adresse à celles et ceux qui, comme moi, sont passés ou souhaitent passer à une alimentation plus raisonner. Cela se traduit notamment par une diminution de la consommation de viande et de poisson. Des nouvelles habitudes alimentaires qui font aujourd’hui partie de mon quotidien et qui me poussent chaque jour à tester de nouvelles recettes végétariennes ou vegan. À l’image de ce délicieux gâteau à la banane vegan de mon dernier article. C’est donc assez logiquement que vous retrouverez davantage de recettes veggie ou vegan sur le blog. Comme celle que je vous ai préparé avec amour ce weekend.

Lorsqu’on parle d’alimentation végétarienne ou vegan, il y a souvent (et à tort) la notion de restriction qui nous vient à l’esprit. Qui dit veggie, dit légumes, dit moins de gourmandise, donc moins de plaisir. Et bien autant vous dire que c’est totalement faux et qu’on peut tout à fait se régaler en mangeant des plats végétariens ou vegan. Il suffit juste de faire preuve d’un peu d’inventivité et de prendre de nouvelles habitudes. Préparer certains légumes, certaines céréales ou légumineuses d’une façon dont on n’a pas forcément l’habitude, de détourner certains aliments de leurs usages habituels et de réinventer son quotidien. L’un des meilleurs exemples pour moi étant le burger ! On ne va pas se mentir, il fait partie de ces petits guilty pleasure, dont on se délecte à tous les coups. Et lorsqu’on décide de réduire sa consommation de viande et de poisson, on se dit que forcément, le burger, il va falloir lui dire au revoir. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il existe des tonnes de versions végétariennes ou vegan pour nous régaler. Steak de champignons, de patate douce, de haricots, de pois chiches,… et j’en passe. Je serais presque même tentée de dire qu’il existe encore plus de variantes qu’avec la viande. Enfin bref, largement de quoi se faire plaisir et ne pas dire adieu à son petit burger du dimanche soir, vous savez, celui qui nous réconforte avant la reprise du boulot.

Vous l’aurez compris, pour cette nouvelle recette, je me suis donc lancée dans la réalisation d’un bon petit burger veggie. Et dans cette version, j’ai choisi de réaliser un steak de betterave, que j’ai accompagné d’un petit houmous d’avocat. Cette recette, était aussi l’occasion de tester mon tout nouveau robot offert par KitchenAid il y a quelques jours. Un robot à la fois pratique, assez compact et très abordable. Et ce nouveau petit outil magique, c’est le robot ménager multifonction qui permet à la fois de hacher, émincer, couper en julienne et pétrir. Vous avez dit parfait ?! Plus besoin d’utiliser 15 000 robots différents pour une même recette, il s’occupe de tout. Et sincèrement je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si pratique. Je n’ai même pas eu besoin de sortir mon couteau pour émincer les oignons (mes yeux et mon mascara le remercient haha). Ce robot se compose de 3 disques réversibles qui permettent de râper ou couper à des épaisseurs différentes, et de deux lames : une pour pétrir, l’autre pour trancher et mélanger. Et autant vous dire qu’il m’a bien aidé pour la préparation de mes steaks de betterave et mon houmous d’avocat. On s’est d’ailleurs dit avec KitchenAid que ce robot allait surement aussi pouvoir faciliter votre quotidien. Du coup, on vous a réservé une petite surprise…

Et oui, avec KitchenAid on adore vous gâter ! Cette fois, nous avons donc décidé de vous faire gagner un robot ménager multifonctions, pour que vous puissiez à votre tour trancher, émincer, pétrir tout ce que vous voulez. Ça vous dit ? Alors il ne vous reste plus qu’à lire les prochaines lignes.

CONCOURS TERMINÉ
Félicitations à Mathilde Renard (commentaire du 31 mars 2019 à 19 h 51 min) qui a été tirée au sort et qui remporte le robot ménager multifonctions KitchenAid.

Merci à tous pour vos nombreuses participations !
Et pour celles et ceux qui seraient tentés d’acheter le robot ménager multifonctions 2,1L, vous disposez de -15% sur votre commande sur le site www.kitchenaid.fr grâce au code
PLUSUNEMIETTE15

Et si on passait à la recette !

Pour 4 burger :
Ingrédients :
Pour les steak de betterave :
• 300g de betteraves cuites
• 180g de quinoa cuit
• 2 c. à soupe d’huile d’olive
• 1 oeuf
• 1 oignon rouge
• 2 gousses d’ail
• 2 c. à soupe de graines de chia
• 3 c. à soupe de chapelure
• 2 c. à café de jus de citron
• 1 c. à café de paprika fumé
• 1 c. à café de sel

Pour le houmous d’avocat :
• 200g de pois chiches cuits
• 1 avocat
• 5cl d’huile d’olive vierge extra
• 1 c. à soupe de tahini
• 1 gousse d’ail
• 1/2 citron
• 20g de coriandre
• sel
• poivre

Pour le dressage :
• 4 bun à burger
• Quelques feuilles de mâche
• Quelques branches de cerfeuil

Préparation :
Étape 1 -> les steaks de betterave
Peler et couper en 4 l’oignon rouge.
Peler et couper en deux les gousses d’ail.
Les placer dans le robot ménager multifonctions muni du disque pour émincer le plus finement et mixer jusqu’à ce que l’oignon et l’ail soient complètement coupés.
Ôter le disque, puis ajouter la lame multifonctions.
Couper la betterave en gros morceaux, la placer dans le robot puis mixer grossièrement.
Retirer la lame, puis la remplacer par la lame de pétrissage.
Verser dans le robot le reste des ingrédients pour la préparation des steaks de betterave et mixer jusqu’à obtenir un mélange homogène.

Sans le robot multifonctions :
Peler et émincer l’oignon rouge et l’ail.
Couper la betterave en morceaux.
Placer tous les ingrédients dans un blender et mixer par légères impulsions pour que la préparation garde une consistance et ne se transforme pas en purée.


Former 4 steaks à la l’aide des mains, et les placer au réfrigérateur pendant 1 heure.

Étape 2 -> l’houmous d’avocat
Couper l’avocat en deux, ôter le noyaux et retirer la peau.
Rincer les pois chiche.
Peler la gousse d’ail.
Placer tous les ingrédients dans le robot muni de la lame multifonction.
Mixer jusqu’à obtenir une consistance crémeuse et homogène.

Étape 3 -> le dressage
Sortir les steaks de betterave du réfrigérateur et les faire cuire environ 15 minutes dans une poêle légèrement huilée. Retourner les steak à mi-cuisson.
Beurrer légèrement l’intérieur des buns préalablement coupés en deux et les faire dorer à la poêle à feu vif quelques minutes.
Placer les steak sur la base des buns.
Ajouter une bonne cuillerée d’houmous d’avocat.
Parsemer de feuilles de mâche et de cerfeuil.
Refermer le bun et déguster !

Article sponsorisé

Gâteau vegan à la banane

Il semblerait que la banane soit ma nouvelle passion. Après avoir fait une babka banane-chocolat il y a quelques semaines et testé la recette du gâteau renversé à la banane de ma petite Linda aka Hinalys sur Instagram, voilà une nouvelle recette à base de…. banane ! Cette fois-ci je me suis lancée dans la préparation d’un gâteau vegan à la fois moelleux et fondant, et ça c’est grâce à la banane mais aussi au tahini qu’il y a dedans. Le tahini qui apporte aussi une petite touche légèrement salée au gâteau et ça personnellement j’adore. C’est un peu comme quand on ajoute une pointe de sel dans les gâteaux au chocolat, vous voyez ce que je veux dire ? Bref encore un bon petit gâteau qui je l’espère vous plaira ! 

Pour un gâteau de 8 personnes
Ingrédients : 
• 280g de farine
• 2 c. à café de levure chimique
• 1/2 c. à café de bicarbonate de soude
• 1 c. à café de cannelle
• 1/4 c. à café de sel
• 3 bananes bien mûres
• 2 c. à soupe de graines de lin
• 5 c. à soupe d’eau chaude
• 150ml de sirop d’érable
• 125g de compote de pomme sans sucre ajouté
• 90g de tahini
• 50g d’huile de coco
• 1/2 gousse de vanille 

Pour le dressage : 
• 2 bananes pas trop mûres
• Sucre roux
• Quelques noix de pécan 

Préparation : 
Préchauffer le four à 180°C. 
Dans un petit récipient, mélanger les graines de lin et l’eau. Laisser reposer pendant 5 minutes, jusqu’a ce que les graines absorbent toute l’eau et qu’on obtienne une texture légèrement gluante. 
Dans un bol, mélanger la farine, la levure chimique, le bicarbonate de soude, la cannelle et le sel. 
Faire fondre l’huile de coco. 
Dans un autre bol, mélanger le sirop d’érable, la compote de pomme, le tahini, les graines de lin, les graines de la gousse de vanille et l’huile de coco fondue. 
Écraser les bananes mûres à l’aide d’une fourchette et incorporer cette purée au mélange précédent. 
Verser le mélange sec dans le mélange humide, et battre jusqu’à obtention d’une consistance homogène. 
Verser la préparation dans un moule de 22cm de diamètre légèrement huilé et fariné. 
Couper les deux bananes restantes en deux dans le sens de la longueur puis les disposer sur le dessus du gâteau. Parsemer le tout d’un peu de sucre roux et de noix de pécan grossièrement hachées. 
Enfourner pour 1 heure. 

Master Class et diner à L’atelier Nespresso

À l’occasion du Sirha 2019, Nespresso, partenaire officiel du salon, a une nouvelle fois investit la jolie ville de Lyon, afin de convier les fins gourmets à une expérience culinaire d’exception à l’Atelier Nespresso. Présenté avec succès lors des trois dernières éditions du Sirha, ce concept original célèbre l’excellence gastronomique au travers de dîners et de workshops en compagnie de chefs de talent. Un joli moment d’échange et de partage avec comme pièce centrale la création culinaire autour du café.

Pour celles et ceux qui me suivent ici depuis un petit moment, vous vous souvenez surement que j’avais déjà eu la chance de participer à cet évènement par le passé, en prenant part au dîner mené par Emmanuel Renaut et David Toutain il y a 4 ans et à celui du chef Edwin Vinke il y a 2 ans. Cette année, j’ai de nouveau eu le privilège d’être conviée à l’Atelier Nespresso et de vivre une nouvelle fois, non pas un mais deux grands moments de cuisine. En effet, j’ai eu la chance d’être conviée à une master class en compagnie du grand chef pâtissier Philippe Conticini, ainsi qu’un diner mené par le chef étoilé Frédéric Anton ! Les chefs Jean Sulpice, Philippe Mille et Emmanuel Renaut étaient également au rendez-vous pour orchestrer chacun leur tour un diner sur les autres dates de l’atelier Nespresso. Chaque chef a eu pour objectif d’imaginer une ou plusieurs recettes subtilement caféinées avec Exclusive Selection Kenya Milima, un café réservé aux tables étoilées.

Pour cette quatrième édition Lyonnaise, nous avions rendez-vous au coeur de la magnifique Chapelle de la Trinité. Je dois avouer que chaque année la marque me surprend un peu plus dans sa mise en scène car elle trouve toujours des lieux sublimes pour organiser ses évènements. Mais avant de rejoindre la chapelle, direction le Sirha pour encourager les participants au du Championnat du Monde de Pâtisserie, qui avait lieu le jour de notre venue. C’est aussi lors du Sirha, qu’a lieu le Bocuse d’Or, mais cette année, je n’aurais pas eu le chance d’y apercevoir le candidat français. Après un déjeuner un déjeuner express avec vue, direction La Chapelle de la Trinité pour une Master Class très gourmande en compagnie de Philippe Conticini. Et autant vous dire que j’étais plutôt contente de ne pas avoir pris de dessert au déjeuner car le chef nous avait réservé beaucoup de surprises. Au menu : financiers, tartelettes et choux, le tout bien sûr à base de café ! Et que vous dire à part que c’était vraiment très bon… je pense que les photos parlent d’elles-mêmes.

Après cette délicieuse pause goûter, petit passage par l’hôtel pour faire une micro sieste (bah oui je m’étais quand même levé à 5h30 le matin pour attraper le premier train pour Lyon) avant de retourner au coeur de la chapelle pour un dîner étoilé avec le chef Anton. Et cette fois-ci encore le menu était plus qu’alléchant. Le diner a débuté avec le homard, gelée de caviar et homardine, suivit par un saumon fumé au bois de cerisier et confit accompagné d’une hollandaise au café Exclusive Selection Kenya Milima. Petite sélection de fromages affinés de la Maison Janier puis on termine le repas sur un citron comme tarte, meringue croustillante et sorbet basilic. Vous l’aurez surement deviné, je n’en ai pas laissé une miette (il faut parfois se sacrifier et savoir faire honneur au nom de ce blog haha). Après un dernier petit café pour la route, je retrouve ma chambre d’hôtel pour une bonne nuit de sommeil avant de rentrer à Paris.

Merci encore aux chefs et à toute l’équipe Nespresso pour cette belle journée placée sous le signe de la gourmandise !

Babka banane – chocolat

Je ne sais pas vous mais moi la Babka c’est un peu ma nouvelle passion en ce moment. Depuis quelque temps on en trouve de très bonnes dans certaines boulangeries parisiennes, mais j’avais envie d’en déguster une maison pour une fois et de me lancer dans la réalisation de cette petite tuerie. Cette brioche marbrée au chocolat, aussi jolie que délicieuse, n’est pas aussi compliquée à préparer qu’on pourrait le penser. Alors certes il faut un peu de patience mais quoi de plus normal lorsqu’on parle de brioche ?!

Dans la version d’origine, on retrouve de la cannelle et du chocolat. J’ai décidé de twister un peu la mienne en y ajoutant de la banane pour encore plus de gourmandise ! Et autant vous dire que le combo banane – chocolat – cannelle fonctionne à merveille. Tellement, que j’ai englouti presque la moitié de la brioche à moi seule…

Bref, vous l’aurez compris, cette babka c’est un peu la recette parfaite pour vos prochains goûters, brunchs et petits déjeuner. À dévorer encore légèrement chaude, le chocolat fond dans votre bouche… Allez j’arrête ce supplice et je vous dévoile la recette magique de cette fameuse babka.

Ingrédients :
Pour la pâte :
• 20g de levure fraîche de boulanger
• 60ml d’eau tiède
• 1 c. à café + 60ml de sirop d’érable
• 3 bananes de taille moyenne mûres
• 120ml de lait
• 1/2 c. à café de sel
• 1/2 gousse de vanille
• 450g de farine

Pour la garniture au chocolat :
• 280g de chocolat
• 1 c. à soupe de cannelle
• 1/4 c. à café de sel
• 40g de sucre roux
• 55g de beurre

Pour le dressage :
• 1 jaune d’oeuf
• Quelques perles de sucre
• Quelques noix de pécan

Préparation :
Dans un bol, émietter la levure fraîche de boulanger puis verser dessus l’eau tiède et 1 cuillère à café de sirop d’érable. Laisser reposer 15 min.
Réduire les bananes en purée à l’aide d’une fourchette.
Dans le bol d’un robot, mélanger les bananes, 60ml de sirop d’érable, le lait, la levure diluée, le sel et la vanille.
Incorporer la farine petit à petit en mélangeant doucement jusqu’à obtenir une pâte homogène. La pâte est encore collante, c’est normal.
Verser la pâte sur le plan de travail bien fariné, pétrir légèrement et former une boule.
Disposer la boule de pâte dans un récipient légèrement huilé et couvert d’un linge propre, puis laisser pousser 1 heure dans un endroit chaud.
Pendant ce temps, préparer la garniture au chocolat.
Hacher le chocolat puis le verser dans le bol d’un blender.
Ajouter la cannelle, le sel et le sucre roux.
Mixer jusqu’à obtenir un mélange sableux et homogène.
Ajouter le beurre coupé en morceaux puis mixer de nouveau jusqu’à obtenir une pâte. Réserver.
Une fois que la pâte à doublé de volume, l’étaler sur le plan de travail bien fariné à l’aide d’un rouleau afin d’obtenir un rectangle de 20x14cm et d’environ 3-4cm d’épaisseur. (ne pas hésiter à ajouter de la farine pour que la pâte de colle pas).
Étaler grossièrement la garniture au chocolat sur la pâte en faisant attention de ne pas la déchirer. La garniture ne s’étale pas complètement, c’est normal.
Rouler la pâte sur elle-même puis couper le rouleau en deux dans la longueur. Torsader les deux pâtes ensemble pour former la babka puis la disposer dans un moule recouvert de papier cuisson.
Laisser de nouveau pousser pendant 30 minutes.
Préchauffer le four à 190°C.
Badigeonner la brioche de jaune d’oeuf. Parsemer de quelques grains de sucre et de noix de pécan puis enfourner pour 40 minutes.

Pulled lamb sandwich et sauce tahini

Après vous avoir dévoilé la recette de mes boulettes d’agneau façon falafel il y a quelques semaines, je vous livre une autre de mes recettes fétiches à base d’agneau. Une recette que vous n’avez peut-être pas l’habitude de faire parce qu’il faut l’avouer, elle demande un peu de patience, mais aussi parce que nous avons l’habitude de la voir avec un tout autre ingrédient principal.

Et oui, vous connaissez surement tous le pulled pork, grande star des burger maison à l’américaine, mais sachez que cette recette de viande confite marche tout aussi bien avec de l’agneau. La cuisson longue et à température modérée permet à la viande de confire tout doucement et de devenir extrêmement tendre tout en s’imprégnant des saveurs de la sauce dont elle est recouverte. Une recette qui prend un peu de temps mais qui en vaut largement la peine tellement c’est délicieux !! Je vous le promets !

Et pour changer du traditionnel pain à burger, j’ai décidé que mon pulled lamb allait garnir un bon petit pain à l’épeautre accompagné d’une délicieuse sauce tahini.

Vous ne bavez pas trop ça va ?

Pour 4 sandwichs

Ingrédients :
Pour le pull Lamb :
• 1 épaule d’agneau (environ 1,6kg)
• 3 c. à soupe de vergeoise brune
• 1 c. à soupe de sel
• 2 c. à café de garam masala
• 1,5 c. à café de paprika
• 1,5 c. à café de curcuma
• 1/2 c. à café de gingembre moulu
• 1/2 c. à café d’oignon en poudre
• 1/2 c. à café d’ail en poudre
• 1/2. c à café de cumin
• 1 pincée de poivre
• 60ml de sauce barbecue
• 3 c. à soupe de concentré de tomate
• 1 c. à soupe de sauce Worcestershire
• 1 c. à soupe de moutarde
• 1 c. à soupe de vinaigre de cidre
• 3 c. à soupe d’huile d’olive
• 1 oignon rouge
• 180ml de bouillon de légumes

Pour la sauce tahini :
• 200g de purée de sésame
• 80ml d’eau
• 20ml de jus de citron

Pour le sandwich :
• 8 tranches de bon pain (j’ai utilisé du pain à l’épeautre mais de la ciabatta marche aussi très bien)
• Quelques gros cornichons
• 1 bouquet de coriandre

Préparation :
Préchauffer le four à 150°C.
Dans un bol, mélanger la vergeoise brune, le sel, le garam masala, le paprika, le curcuma, le gingembre moulu, l’oignon en poudre, l’ail en poudre, le cumin et le poivre.
Verser 3 cuillères à soupe de cette préparation sur l’épaule d’agneau et mélanger le tout à l’aide des mains afin de bien enrober la viande du mélange d’épices. Réserver.
Dans un autre bol, mélanger la sauce barbecue, le concentré de tomate, la sauce Worcestershire, la moutarde, le vinaigre de cidre et le reste du mélange aux épices.
Mélanger jusqu’à obtention d’une sauce homogène.
Peler et émincer l’oignon rouge.
Dans une casserole, saisir l’épaule d’agneau dans l’huile d’olive pendant 5 minutes. Ajouter ensuite l’oignon et poursuivre la cuisson 2 minutes.
Verser ensuite 3/4 de la sauce sur la viande et ajouter le bouillon de légumes. Réserver le reste de sauce.
Couvrir la casserole et enfourner pour 2 heures.
Arroser la viande de sauce et de bouillon durant la cuisson.
Retirer le couvercle puis poursuivre la cuisson encore 1 heure.
À la sortie du four, disposer l’épaule d’agneau dans un bol et ajouter le reste de sauce.
Attendre quelques minutes puis effiler la viande à l’aide de 2 fourchettes. Réserver au chaud.

Dans un bol, mélanger la purée de sésame, l’eau et le jus de citron.

Toaster les tranches de pain puis étaler une bonne cuillérée de sauce tahini sur la face intérieure de chaque tranche.
Disposer la viande effilochée sur la partie basse du sandwich, puis parsemer de quelques feuilles de coriandre.
Sur l’autre moitié, disposer des lamelles de gros cornichons.
Refermer le sandwich et déguster !

Article sponsorisé

Suède, le pays à croquer !

Pour celles et ceux qui me suivent assidûment sur Instagram, vous avez pu voir qu’en fin d’année dernière j’avais eu la chance de partir quelques jours en Suède avec VisitSweden pour découvrir la région de Småland, mais aussi pour participer à une expérience des plus incroyables : « Le pays à croquer« . Au moment du séjour je n’avais pas pu vous partager cette merveilleuse aventure car tout devait encore rester secret mais aujourd’hui je peux enfin partager avec vous cette folle journée.

©Thomas Lotter

« Le pays à croquer » ou « The edible country » est une initiative lancée par la Suède et dont le but est de valoriser les produits que nous offre la nature en réalisant un menu gastronomique en plein coeur de celle-ci. La Suède a donc littéralement décidé de transformer son territoire en restaurant gastronomique à ciel ouvert, où chacun peut cuisiner en toute liberté un menu imaginé par des chefs étoilés et créé à partir d’ingrédients que l’on peut trouver dans la nature suédoise.

Pour faciliter cette expérience, et la rendre accessible à chacun, des tables et des kits de cuisine ont été placés dans quelques uns des plus jolis coins du pays. L’objectif ? Montrer que contrairement aux idées reçues, adopter une alimentation saine et réduire sa consommation de produits transformés, est vraiment à portée de mains et accessible à tous. En tout, ce sont sept tables en bois qui ont été placées à travers le pays : en Scanie et dans le Småland (sud de la Suède), dans l’Ouest du pays, dans l’archipel de Stockholm et le Värmland (centre), en Laponie et dans le Jämtland (nord).

Pour cette expérience des plus uniques, les Chefs Suédois étoilés Titti Qvarnström, Niklas Ekstedt, Jacob Holmström et Anton Bjuhr ont été missionnés pour composer un menu à partir de produits exclusivement récoltés aux alentours de ces fameuses tables. Ils ont ainsi imaginé un menu gastronomique à neuf plats, à base de produits frais trouvés dans la forêt, les champs et les eaux suédoises. Les visiteurs n’ont donc plus qu’à suivre le menu, partir en cueillette, à la pêche, préparer et cuisiner eux-mêmes ces plats en pleine nature. Le menu est également accompagné d’instructions pour nous permettre de savoir où trouver les ingrédients et comment les cuisiner. Un vrai dîner gastronomique en mode DIY !

Et c’est exactement ce que j’ai pu vivre au cours de cette belle journée au milieu de cette immense forêt de conifères d’Asa Herrgård dans la région du Småland. Nous avons profité du trajet jusqu’à notre table pour partir à la cueillette. Nous avions la chance ce jour là d’être accompagnés d’un guide forestier qui a pu nous expliquer les champignons, herbes et autres baies que nous pouvions ramasser. Car oui, en Suède, l’allemansrätt ou droit d’accès à la nature,  est un « droit de tout un chacun » de jouir (sous certaines conditions) de la nature et de ses fruits, indépendamment des droits de propriété qui peuvent y être attachés, et sans le consentement préalable du propriétaire. Ce qui permet à chacun de profiter de la nature et des paysages. La seule règle d’or étant de ne pas saccager la nature ou importuner les propriétaires des lieux. Nous avons donc passé une bonne heure à rechercher, cueillir, flâner, et prendre quelques photos bien sûr, de cette nature luxuriante avant de rejoindre notre table.

Je ne saurais vous décrire ce mélange de surprise, de joie et d’émotion que nous avons tous ressenti lorsque nous avons aperçu la table qui nous attendait au milieu de ces grands arbres. C’était presque irréel, un décor féérique qu’on ne voit que dans les films ou en photo sur Pinterest. Mais tout était bien réel ! Je n’avais encore jamais vu de paysage comme celui-ci auparavant et j’ai été complètement soufflée par sa beauté. C’est donc d’un pas un peu timide que nous nous sommes tous rapprochés de notre table et que nous avons pu faire la connaissance des chefs Titti Qvarnström et Jacob Holmström. Les deux chefs étoilés attendaient notre arrivée pour nous présenter plus en détail le concept de cette expérience, pourquoi c’était important pour eux d’en faire partie et de la promouvoir, mais surtout pour passer en « cuisine » avec nous et préparer le fruit de notre récolte dans la forêt. Nous nous sommes donc tous mis autour des 2 postes de travail installés à quelques mètres de la table pour préparer les magnifiques chanterelles que nous avions ramassé, ainsi que les autres ingrédients récoltés par les chefs avant notre arrivée : des baies, des herbes, du poissons,… et nous avons tous ensemble participé à la préparation du menu gastronomique imaginé par les chefs. Parmi les plats : un sublime bouillon de la forêt avec sa perche pochée et son beurre aux herbes grillées; l’omble chevalier aux chanterelles, baies de genièvre et oseille, puis en dessert des glands et noisettes accompagnés d’une compotée de baies et fruits rouges. Les plats au menu varient bien entendu en fonction de la saison, ce qui permet de trouver les ingrédients dans la nature presque toute l’année. Je pense que les photos vous laissent un peu imaginer à quel point ces plats étaient délicieux. Le poisson était tellement frais, la cuisson au feu de bois apportaient une saveur si particulière… bref c’était un vrai régal.

Le temps de faire quelques dernières photos, de remercier les chefs pour leur temps et ce délicieux repas qu’il fallait déjà quitter cet endroit merveilleux pour poursuivre le reste de notre séjour. La seule chose que je pourrais vous dire pour résumer un peu toute cette expérience ce serait : allez-y !! Bookez vos billets pour la Suède, choisissez la région que vous voulez explorer et réservez l’une des 7 tables disponibles à travers le pays. Elles sont réservables de mai à septembre sur Bookatable.com. Si c’est complet, vous pouvez toujours cuisiner vos plats dans tout autre lieu magique qu’offre la nature suédoise, véritable garde-manger naturel. Rien ne vous empêche de venir déposer votre petite nappe ou couverture dans un coin de verdure et de profiter des éléments de cuisson pour vivre votre expérience à votre façon. C’est là le propre du Pays à Croquer !

©Thomas Lotter

Donuts vegan au chocolat et glaçage au café + Concours !

En cette période de fêtes, j’ai décidé de vous gâter un peu avec une nouvelle petite recette gourmande mais pas que ! Pour celle et ceux qui ne le sauraient pas encore, cette année j’ai eu la chance d’être ambassadrice pour Nespresso. A l’occasion de cette collaboration, j’ai pu découvrir un peu l’envers du décors de la marque, mais aussi goûter toutes les nouveautés en exclusivité et partager pleins de moments assez uniques avec des chefs d’exception. Bref une année assez chouette, remplie de beaux moments. Et comme j’avais envie de vous partager un peu tout ça, car c’est quand même le but de ce blog, j’ai décidé de vous gâter avec un super petit concours. Il y a quelques semaines, Nespresso a lancé une nouvelle machine Vertuo Noire Mat (je suis trop fan de cette couleur) et on s’est dit que ce serait sympa de vous en faire gagner une ! Qu’est-ce que vous en pensez ? C’est plutôt cool non ? Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, on s’est dit qu’on allait ajouter des petites choses avec cette machine parce que bon… c’est quand même mieux d’avoir quelques capsules avec pour la tester non ? Alors en plus de cette jolie machine, vous pourrez gagner la collection Parisian Gourmandise composée des parfums : Paris Black pour les inconditionnels de l’authentique Espresso, Variations Paris Madeleine et Variations Paris Exotic Macaron au bon goût de noix de coco. Et ce n’est pas tout, vous remporterez aussi un coffret de tasses Origin imaginées et désignées par la talentueuse India Madhavi (ce sont celles que vous voyez dans les petites photos en dessous). Alors elle est pas belle la vie ?!

Pour participer à ce concours, rien de bien compliqué, il vous suffit de laisser un commentaire sous cet article en me disant quel parfum vous aimeriez tester en premier avec cette nouvelle machine Vertuo ?

Vous avez jusqu’au lundi 24 décembre à minuit pour participer. Le gagnant sera tiré au sort parmi les commentaires et annoncé dans cet article mardi 25 décembre. Un petit chanceux aura donc un cadeau de plus sous le sapin…

CONCOURS TERMINÉ !!


Encore merci à toutes et à tous pour vos participations. Et j’essaie de vite revenir avec un nouveau concours.

En attendant de savoir qui va gagner ces jolis cadeaux. Je vous laisse avec ma petite recette de donut vegan au chocolat et glaçage au café Variations Paris Exotic Macaron.

Donuts vegan au chocolat et glaçage au café

Pour 12 donuts

Ingrédients :
• 240g de farine
• 90g de sucre roux
• 1 c. à café sucre vanillé
• 2 c. à café de levure chimique
• 1/2 c. à café de bicarbonate de soude
• 1 pincé de sel
• 1 c. à soupe de cacao en poudre non sucré
• 320ml de lait d’amande
• 50g d’huile de coco

Pour le glaçage :
• 225g de sucre glace
• 5 c. à soupe de café

Préparation :
Préchauffer le four à 200°C.
Dans un bol, mélanger la farine, le sucre roux, le sucre vanillé, la levure, le bicarbonate de soude, le sel et le cacao.
Faire fondre l’huile de coco puis la mélanger avec le lait.
Incorporer le mélange humide au mélange sec et mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène.
Remplir les moules à donuts au 3/4 (préalablement huilé et fariné s’ils ne sont pas en silicone).
Enfourner pour environ 12 minutes.
Laisser refroidir et déposer les donuts sur une grille.
Préparer un café puis mélanger 4 cuillères à soupe avec le sucre glace.
Tremper une face du donut dans le glaçage puis le reposer sur la grille.
Réitérer l’opération avec tous les donuts.
Parsemer légèrement de noix de coco en poudre.







Un weekend en Bretagne à l’hotel de La Butte

Pour celles et ceux qui me suivent sur Instagram, vous avez surement dû voir qu’il y a quelques semaines maintenant, j’avais passé un petit weekend en Bretagne avec ma super copine Emilie, alias Griottes. Ce weekend au grand air était l’occasion de faire un bon break avant une fin d’année qui s’annonçait bien chargée (et je vous confirme que c’est bien le cas haha) et surtout c’était l’occasion d’aller découvrir un magnifique petit hôtel situé à la pointe de la Bretagne, j’ai nommé l’hôtel de La Butte à Plouider

C’est donc un samedi matin d’octobre, alors que le soleil n’était pas encore levé, qu’Emilie et moi nous sommes retrouvées à la gare Montparnasse pour partir en direction de Plouider. Après quelques heures de train, un taxi réservé par l’hôtel nous attendait à la gare de Morlaix pour une petite demi-heure de route avant de pouvoir enfin déposer nos valises. Et autant vous dire que dès notre arrivée, nous sommes tombées sous le charme du lieu. Un accueil aux petits soins, un lieu très cosy, une chambre spacieuse et surtout du calme ! Exactement tout ce dont nous rêvions en quittant Paris.

Nous faisons un aller-retour rapide dans notre chambre pour laisser nos quelques bagages, puis nous filons au Comptoir pour déjeuner. Le Comptoir de la Butte est un nouveau concept de restauration gastronomique qui propose une carte courte et de saison qui change régulièrement. Comme nous sommes en Bretagne, j’en ai profité pour manger du poisson ! J’ai donc opté pour la pêche du jour qui était un délicieux filet d’aiglefin accompagné d’une tombée d’épinards. Un plat à la fois simple et très fin, et surtout délicieux. Nous avions également pris quelques accompagnements en plus, et je pense que c’était la meilleure idée du jour. Le rizzo crémeux au Comté cuivré était complètement fou et les pommes de terres fondantes au beurre… j’en salive rien que de vous en reparler. Juste le temps de prendre un petit dessert et nous retournons vers notre chambre pour enfiler notre maillot et un petit peignoir avant de rejoindre le Spa de l’Hôtel pour une séance cocooning.

Avant de faire un plouf dans la jolie piscine avec vue sur la baie de Goulven et les champs de choux, direction l’espace de soin pour un modelage de 50 minutes. Si vous saviez à quel point je rêvais de ce moment… car être photographe c’est faire travailler ses yeux mais aussi beaucoup son dos. Et autant vous dire qu’après cette année intense, le pauvre souffrait un peu le martyre. Ce moment de détente était donc plus que bienvenu et j’en suis ressortie comme sur un nuage. Je pense d’ailleurs que c’était pareil pour ma petite Griottes, qui en avait autant besoin que moi. Les équipes du Spa sont adorables, bienveillantes et s’adaptent aux besoins de chacun de leurs clients. L’idéal pour refaire le plein d’énergie. Après ce doux moment, nous avons rejoint la piscine pour faire quelques longueurs avant de regagner nos chambres. L’espace Bien-Être de l’hôtel dispose aussi d’un hammam et d’un sauna pour celle et ceux qui souhaitent encore prolonger l’instant de détente. Après une bonne douche, nous sortons prendre l’air pour faire un petit tour dans les champs de choux et de maïs qui entourent l’hôtel. L’occasion de faire quelques photos mais aussi quelques rencontres… (arachnophobes s’abstenir de se promener dans les champs de maïs en plein automne, si vous voyez ce que je veux dire…). Après ces quelques surprises, il est temps de retourner à l’hôtel, le soleil se couche et notre cocktail nous attend au Comptoir. 

Nous dinons une nouvelle fois au Comptoir de l’hôtel car malheureusement le restaurant étoilé était déjà complet depuis un moment. Et oui, à l’hôtel de La Butte, en plus d’avoir un cadre magnifique, il y a aussi un chef super talentueux. En cuisine, c’est Nicolas Conraux qui office. Il propose une cuisine de tradition, prend à coeur de mettre en avant les produits frais et du terroir. Une cuisine de passion qui lui a permis d’être récompensé par une étoile au guide Michelin. Alors même si nous n’avons pas pu manger au restaurant étoilé ce soir là, nous nous sommes tout de même une fois de plus régalé au Comptoir. J’ai cette fois craqué pour les Saint-Jacques… un vrai petit délice. Une petite coupe de glace et au dodo. Cette première journée détente nous a vraiment permis de nous relaxer et de faire une vraie pause. Nous étions tellement détendu qu’on a vite retrouvé les bras de Morphée. 

Après une bonne nuit de sommeil, réveil tout en douceur et direction la salle de petit déjeuner. Je m’attendais un peu à ce que le petit déjeuner soit bon vu ce que nous avions pu manger jusque là mais la réalité était bien au delà de mes attentes. Ici tout est fait maison ! L’hôtel dispose de sa propre boulangerie où on prépare les différents pains pour les restaurants mais aussi les viennoiseries et gâteaux servis au petit-déjeuner. Mention ultra spéciale pour le croissant aux amandes qui était vraiment à tomber par terre !! Et ce n’est pas ma petite Griottes qui dira le contraire. Après s’être bien rempli le ventre, nous filons dehors pour une dernière petite balade à la fraîche. L’occasion de piquer l’un des vélos électriques que l’hôtel met à disposition des clients. Idéal pour faire de longues promenades sans avoir à sortir la voiture. Nous regagnons doucement l’hôtel pour rejoindre les cuisines où le chef Nicolas nous attendait pour nous présenter quelqu’uns de ses plats. Alors même que ses équipes et lui même étaient en plein feu pour le service, il a pris le temps de nous recevoir et de nous faire découvrir ses cuisines. L’occasion d’échanger un peu avec le chef sur ses valeurs et ses envies avant de déguster quelques uns de ses plats. Nous avons ainsi pu gouter le lieu de ligne noisette, poireaux de Bédiez et beurre fumés, quelques ormaux, et des huîtres. Un vrai bol de fraîcheur et de bonnes choses. Puis quelques desserts avant de déjà devoir dire au revoir à ce lieu merveilleux. C’est le ventre bien tendu, l’esprit tout léger et le corps dénoué que nous repartons vers Paris, avec une seule question en tête : qu’en est ce qu’on y retourne ? 

Je tenais a remercier chaleureusement toutes les équipes de l’hôtel de La Butte à Plouider ainsi que Solène et Nicolas Conraux-Bécam pour leur accueil chaleureux. Mais aussi surtout Cimer Albert, sans qui tout ce weekend n’aurait pas été aussi magique. Albert est le garant d’un séjour parfait, qui nous correspond. Toujours là pour nous, il ne nous décevra jamais grâce à ses équipes de choc et son professionnalisme à toute épreuve, un voyage « sur mesure » pour des vacances à l’hôtel comme à la maison. Et là vous, vous demandez surement, mais qui c’est ce fameux Albert qui rend ces séjours aussi magique ?!! Et bien ce sont toutes ces personnes qui contribuent à ce que votre séjour à l’hôtel se passe sous les meilleures conditions possibles. Toutes ces personnes qui sont à vos petits soins, répondent à vos attentes, vous conseillent, vous écoutent, vous font découvrir, et font de votre séjour une réussite. Alors un grand Cimer Albert ! 

Boulettes d’agneau façon falafel et labné

Il y a quelques jours, j’ai été contacté par l’interprofession de l’agneau qui m’a mis au défi de créer une recette avec… vous l’aurez deviné, de l’agneau. Alors je l’avoue, l’agneau fait partie de ces viandes que j’aime beaucoup mais que je cuisine finalement très peu. J’ai davantage l’habitude d’en consommer lorsque je vais au restaurant ou lors de repas de famille lorsque ma grand mère fait son délicieux gigot d’agneau (rien que d’y repenser, j’en salive). Du coup, l’idée d’imaginer une recette autour de l’agneau me plaisait pas mal car non seulement ça allait me permettre d’en manger haha mais surtout parce que c’était l’occasion de me challenger. L’objectif étant de sortir un peu des recettes traditionnelles et de créer quelque chose plus dans l’air du temps (même si le bon gigot de mamie aura toujours sa place dans mon coeur et surtout dans mon ventre). Bref, pour cette recette j’ai donc choisi d’utiliser de la selle d’agneau pour faire des boulettes façon falafel, qui vont ensuite garnir une pita recouverte de délicieux labné. J’espère que cette petite recette vous plaira. Et si vous avez d’autres idées de recettes avec de l’agneau n’hésitez pas à me les donner en commentaire. Je serais ravie de voir comment vous le cuisinez.

Ingrédients pour 4 personnes :
Pour les boulettes :
• 200g de pois chiches cuits
• 200g de selle d’agneau
• 1/2 oignon rouge
• 2 gousses d’ail
• 15g de persil plat frais
• 20g de coriandre fraîche
• 2 c. à soupe de graines de sésame doré
• 1 c. à café de coriandre en poudre
• 1 c. à café de cumin en poudre
• 1 c. à café de piment de cayenne en poudre
• sel, poivre

Pour le labné :
• 500g de yaourt grec
• 8cl d’huile d’olive
• Fleur de sel

Pour servir :
• 4 pains pita
• Huile d’olive
• Zaatar
• 1/2 oignon rouge
• Quelques feuilles de coriandre
• Quelques feuilles de menthe
• Graines de sésames doré
• 1/2 citron vert
• Sel
• Poivre

Préparation :
Le labné (recette inspirée du délicieux labné de Mokonuts) à préparer la veille :
Verser le yaourt grec dans une étamine.
Réunir les côtés et faire un noeud.
Attacher le tout sur le manche d’une cuillère en bois, posée sur les bords d’un saladier (l’ensemble ne doit pas toucher le fond). Laisser égoutter au frais pendant 1 nuit.
Le lendemain, verser le yaourt égoutté dans un saladier et mélanger au fouet avec 8cl d’huile d’olive.
Saler, et mélanger de nouveau.
Réserver au frais jusqu’à utilisation.

Les boulettes :
Rincer et bien sécher les pois chiches à l’aide d’un linge propre.
Émincer l’oignon, l’ail et les herbes fraîches.
Couper la selle d’agneau en morceaux.
Verser les pois chiches, l’agneau, l’oignon, l’ail et les herbes dans un récipient.
Ajouter les graines de sésame doré, la coriandre en poudre, le cumin et le piment de cayenne.
Saler, poivrer.
Puis mélanger le tout.
Verser la préparation dans le bol d’un blender ou d’un mixeur et mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène.
Ne pas trop mixer afin de garder une certaine consistance.
Former une douzaine de boules de pâte à l’aide des mains et bien presser pour que celles-ci ne s’effritent pas lors de la cuisson.
Verser 2 cuillères à soupe d’huile dans une casserole et faire cuire les boulettes une dizaine de minutes tout en les retournant régulièrement afin que chaque face soit bien dorée.
Réserver.

Dressage :
Verser une bonne cuillerée de labné sur chaque pain pita.
Disposer 3 boulettes sur le labné.
Verser ensuite un filet d’huile d’olive et parsemer le tout de zaatar.
Émincer le demi oignon rouge et disposer quelques lamelles sur les boulettes.
Ajouter quelques feuilles de coriandre et de menthe, quelques graines de sésame doré.
Verser un petit filet de jus de citron vert.
Saler et poivrer légèrement.
Servir.

Article sponsorisé