Aujourd’hui nous célébrons le Nouvel An chinois. En Asie, et dans toute la communauté asiatique, la fête du Nouvel An est la date la plus importante du calendrier chinois. À cette occasion, les familles se réunissent pour des célébrations qui durent au minimum une semaine. En cette année un peu particulière, où beaucoup de festivités seront malheureusement annulées, l’Office du Tourisme de Hong Kong m’a proposé de vous plonger dans ces célébrations en vous concoctant une recette traditionnelle du Nouvel An. Une recette qui complète un menu à 6 mains de nouveau imaginé avec Anne du blog Papilles & Pupilles et Mégane du blog Meg&Cook

Mais avant de passer à la recette, mettons nous un peu dans l’ambiance des fêtes. Il y a quelques semaines, Anne, Mégane et moi même avons eu la chance de pouvoir échanger avec le chef Hongkongais Christian Yang. Connu pour ses nombreuses émissions culinaires et son expertise de la cuisine chinoise, Christian a partagé avec nous les traditions du Nouvel An à Hong Kong. Bien plus qu’une simple célébration pour fêter l’arrivée de la nouvelle année, le Nouvel An chinois est surtout un évènement familial de partage, de remerciement, et aussi l’occasion de souhaiter du bonheur et la fortune à chaque membre de la famille pour l’année qui arrive. 

Comme nous l’a expliqué Christian, le jour de l’an, aussi appelé « le début du 1er matin », est traditionnellement célébré dans la famille de l’homme. Un grand déjeuner est préparé et dégusté avec les membres de la famille. Il est généralement végétarien, une façon de débuter l’année en purifiant son corps et son esprit. Le déjeuner est suivi d’une visite des proches et autres membres de la famille à qui on présente ses vœux. La tradition veut que ces visites commencent en allant voir les membres les plus âgés. Un autre grand repas est réalisé le lendemain, cette fois-ci dans la famille de la femme. D’autres repas peuvent ensuite avoir lieu chez d’autres membres ou des amis, mais les principaux se déroulent les 2 premiers jours de célébration. 

Ces repas doivent être particulièrement généreux, conviviaux et riches car ils symbolisent les repas à venir. Il y a donc beaucoup de nourriture, de fruits et de confiseries sur la table et surtout, la plupart des aliments revêtent une signification particulière. Le poisson et le poulet doivent par exemple être servis entiers. Ils symbolisent ainsi une année pleine, entière, riche. Les nouilles, et leur longueur, symbolisent la longévité. Les kumquats, que l’on dispose généralement en décoration, symbolisent quant à eux la fortune, puisque le mot signifie littéralement « agrume d’or ».  On compte aussi généralement un nombre précis de plats servis lors du repas : 8 pour la fortune, 9 pour la longévité, 12 pour symboliser l’année. On évitera surtout d’en servir 4 ou 7 qui sont des chiffres porte malheur. 

La recette que j’ai choisi de vous proposer pour ce menu du Nouvel An comme à Hong Kong ne déroge pas à la règle du symbole puisqu’il s’agit de ma version des Yau Gok, des petits dumplings à la cacahuète dont la forme rappelle celle des lingots d’or utilisés comme monnaie par le passé. Ils symbolisent ainsi la richesse, donc plus on en mange, mieux c’est ! 

Pour le reste du menu, rendez-vous sur le blog d’Anne pour découvrir sa recette de Daurade à l’ail et au gingembre, et sur celui de Mégane pour sa recette des Har gao aux crevettes. On espère que ces recettes vous plairont, et vous donneront une fois de plus envie de faire voyager vos papilles. Et si vous souhaitez en apprendre encore plus sur les traditions du Nouvel An chinois, rendez-vous sur le site de l’Office du Tourisme de Hong Kong !

Ingrédients 
Pour la pâte : 

• 280g de farine
• 1 pincée de sel 
• 180ml d’eau bouillante

Pour la garniture : 
• 80g de cacahuètes
• 25g de graines de sésame
• 40g de noix de coco râpée
• 30g de sucre en poudre
• 25g de beurre fondu

• Huile de friture 
• Sucre glace 

Préparation :
Étape 1 -> la pâte 
Dans un grand bol, mélanger la farine et le sel. 
Creuser un puits au centre de la farine et verser délicatement l’eau bouillante. 
Mélanger la farine et l’eau à l’aide d’une cuillère, et lorsque le mélange est un peu moins chaud continuer à la main pour bien amalgamer la pâte. 
Pétrir pendant environ 5 minutes, jusqu’à ce que l’eau soit complètement absorbée et la pâte homogène. 
Placer la pâte dans un sac congélation ou un récipient hermétique et fermer. Laisser reposer 1 heure.

Étape 2 -> la garniture
Hacher les cacahuètes. 
Dans un bol, mélanger les cacahuètes, les graines de sésame et la noix de coco râpée. Verser le mélange dans une poêle et cuire à feu moyen/vif pendant environ 5 minutes. Bien mélanger pendant la cuisson, pour que la coloration soit homogène. 
Retirer du feu, ajouter le sucre et le beurre fondu. Mélanger de nouveau. Réserver. 

Étape 3 -> le montage
Sortir la pâte du sac congélation ou du récipient hermétique. 
Séparer la pâte en trois pâtons puis former trois boudins d’environ 4cm de diamètre. 
Couper ces boudins afin d’obtenir entre 25 et 30 pièces. 
Fariner le plan de travail puis étaler chaque pièce afin de former des disques d’environ 9-10cm de diamètre. 
Disposer une cuillerée de garniture au centre de chaque disque de pâte. 
Humidifier légèrement un coté du disque de pâte. 
Ramener les côtés opposés du disque l’un vers l’autre puis réaliser le pliage.  
Répéter l’opération avec tous les disques de pâte.

Étape 4 -> la cuisson
Plonger les Yau Gok dans une poêle remplie d’huile de cuisson ou dans une friteuse. Cuire quelques minutes, en les retournant régulièrement, jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée. 
Retirer du bain de cuisson, et disposer les Yau Gok sur un papier absorbant. 
Saupoudrer légèrement de sucre glace avant de déguster. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.