Pour celles et ceux qui me suivent depuis un moment sur Instagram, vous devez peut-être vous souvenir que l’année dernière j’étais partie faire un petit road trip en Italie avec ma famille pour les vacances. J’avais eu l’occasion de passer par Gênes, les Cinq Terres, Pise et Florence. Un séjour que j’avais vraiment adoré ! Et bien la semaine dernière j’ai eu la chance de retourner à Gênes puisque j’étais invitée par l’Office du Tourisme afin d’en découvrir encore plus sur la gastronomie de la ville. Autant vous dire que j’étais aux anges, je pensais déjà à toutes les pâtes et les glaces que j’allais pouvoir dévorer. Et c’était aussi l’occasion de pouvoir enfin vous faire un article sur le blog sur cette jolie ville dont on ne parle pas assez selon moi. 

Il est évident que Gênes est principalement connue comme étant un énorme port de commerce, mais sachez que c’est également une ville pleine de charme ! Le centre ville historique est complètement atypique avec ses ruelles escarpées, les palais y sont très nombreux et la majorité peuvent être visités, les églises sont sublimes et ce sont peut-être même les plus belles que j’ai eu la chance de voir dans ma vie jusqu’ici. À l’image de la sublime Cathédrale San Lorenzo et de son style tellement atypique avec ses rayure noire et blanche. Et je n’ose à peine vous parler de l’intérieur qui est tout aussi incroyable… Et puis bien sûr, à Gênes, comme dans la majorité de l’Italie, on mange extrêmement bien. D’ailleurs pour celles et ceux qui ne le sauraient pas encore, Gênes est la capitale du pesto. Vous savez cette délicieuse sauce à base de basilic, d’ail, de parmesan, de pignon de pin et d’huile d’olive… mmmh rien que de vous en parler j’en salive encore. Car on ne va pas se mentir, le meilleur pesto de ma vie je l’ai effectivement mangé à Gênes, je l’ai même réalisé avec mes petites mains, oui, oui. Lors de notre séjour nous avons eu la chance de participer à un cours de cuisine qui avait pour but de nous apprendre à réaliser un vrai bon pesto au mortier. Car oui, un pesto (contrairement à ce que je fais habituellement…) ne se réalise pas au blender… NON, NON, NON !! Il se fait au mortier et à la force du poignet les amis. Et franchement ce n’est pas si compliqué, ni long, une fois qu’on a le coup de main. D’ailleurs maintenant que j’ai officiellement mon petit diplôme de faiseuse de pesto, je n’ai plus le choix, il va falloir que je m’achète un mortier et que je fasse toujours mon pesto dans les règles de l’art. 

Bref, reprenons un peu les choses dans l’ordre. Pour ce séjour de quelques jours en Italie, notre objectif était d’en apprendre plus sur la ville et sa gastronomie. Et autant vous dire que cela a commencé dès notre arrivée dans notre logement. Pour ce séjour, nous avions la chance de loger dans la Casa Ramè, un magnifique Bed & Breakfast dont je suis complètement tombée sous le charme. L’appartement était décoré avec goût, plein de charme, et surtout nos hôtes étaient adorables. Même en arrivant à l’appartement à 21h30 passé, elles nous attendaient avec le sourire et surtout un délicieux petit repas aux douces saveurs italiennes. Focaccia, burrata, lasagnes au pesto et du bon vin de la région. Autant vous dire que le ton de ce voyage était donné !

Après une bonne nuit de sommeil, nous avions rendez-vous en bas de notre immeuble avec l’équipe de l’Office du Tourisme de Gênes pour un petit déjeuner typique et une visite des échoppes historiques de la ville. Car un des grands charmes de la ville se trouve effectivement dans ses bâtiments. Beaucoup d’entre eux paraissent défraichis ou vieillot, mais c’est principalement parce que Gênes a fait le choix de conserver son histoire, de ne pas rénover le moindre mètre carré de la ville et de perpétuer certaines traditions qui existent parfois depuis une centaine d’année. Une liste régionales des échoppes historiques a d’ailleurs été créé afin de préserver cet énorme patrimoine. Cette liste répertorie les commerces actifs depuis au moins 70 ans. Pour notre premier stop, nous avions rendez-vous chez Cavo, une pâtisserie / café traditionnelle de la ville, pour un petit déjeuner à la génoise composé de café et de focaccia. Et oui à Gênes on aime tellement la focaccia qu’on la mange dès le matin en la trempant dans le café. Un peu comme nous avec les tartines pains. Il faut savoir aussi que chez Cavo, le propriétaire vend également de merveilleux amaretti qu’il produit et qui sont littéralement à tomber par terre (pour dire, je m’en suis enfilée deux dès le matin…)Puis nous nous sommes dirigés vers une minuscule drogeria, une épicerie dans laquelle on peut retrouver une multitude d’épices, de thés, de condiments, de sauces,etc… Notre visite s’est ensuite poursuivie chez Viganotti, une chocolaterie fondée en 1866 en plein coeur de Gênes. Ici tous les chocolat sont fait à la main, et ils sont plutôt très bons… Pour notre dernière étape sucrée de la matinée, nous avions rendez-vous chez Pietro Romanengo, une confiserie/pâtisserie fondée en 1780, rien que ça ! On y retrouve des bonbons, des chocolats, des pâtes de fruits… Bref l’idéal lorsqu’on cherche une petite idée cadeau à ramener à la maison avant de rentrer. 

Ensuite, direction le Palazzo Gio Vincenzo Imperial, pour une petite visite, et surtout une belle leçon de cuisine ! Sachez, que ma vie a complètement changé suite à ce cours de cuisine. Et oui, depuis ce fameux mercredi 2 octobre 2019, je suis officiellement détentrice de mon diplôme de préparation de pesto au mortier. Et autant vous dire que j’en suis plutôt fière ! Je connais désormais les secrets des Génois pour réaliser leur fameux pesto. Et tout commence par du bon basilic qui pousse principalement dans la région. Un basilic à petites feuilles qui est tout simplement idéal à la réalisation du pesto. Puis tout se joue ensuite à l’incorporation des autres ingrédients : ail, pignon de pin, parmesan, huile d’olive, et un peu d’eau. Le tout broyé, mélangé, à la force du poignet et au mortier. Car toute personne qui oserait faire son pesto avec autre chose qu’un mortier à Gênes pourrait risquer l’expulsion… haha Plus sérieusement, le pesto est une véritable tradition à Gênes, et avoir l’opportunité d’apprendre à le faire dans les règles de l’art est vraiment une belle expérience. Une fois prêt, nous avons bien sûr pu déguster notre pesto accompagné de quelques trofie. 

Après cette matinée riche en découvertes et gourmandises, nous avions l’après-midi de libre pour explorer la ville à notre rythme. L’occasion de suivre les traces de mes vacances passées et de retourner sur certains lieux qui m’avaient déjà beaucoup plu à l’époque. Puis en fin de journée, nous avions tous rendez-vous dans le quartier de Boccadasse pour un autre grand moment de tradition italienne : l’aperitivo ! Boccadasse est surement mon quartier préféré de la ville de Gênes et je pense que mes photos vous permettront de comprendre pourquoi. Cet ancien quartier de marins aux couleurs pastelles n’est pas sans rappeler les Cinq terres que l’on voit d’ailleurs se profiler au loin. En pleine saison, ce quartier est probablement le plus fréquenté de la ville mais pour y avoir été en août et en octobre, j’ai toujours trouvé le lieu très agréable et magique à regarder. On se laisse porter par les toutes petites vagues qui s’échouent sur la plage de galets, et on se perd dans le large. Le lieu parfait pour siroter un spritz et profiter du coucher de soleil. C’est d’ailleurs ce que nous avons fait avant de rejoindre le restaurant Zeffirino au centre de la ville. Inutile de vous préciser que nous avons bien entendu mangé une nouvelle fois des pâtes… enfin si je vous le précise quand même parce qu’elles étaient vraiment excellente une fois de plus ! Nous avons aussi eu du délicieux poissante d’autres crustacés. Un vrai régal ! Après ce bon dîner et les 10 km que nous avions dans les pâtes, une bonne nuit de sommeil n’était pas de trop pour reprendre des forces avant notre seconde journée de visite à Gênes qui s’annonçait tout aussi enrichissante. 

Cette seconde journée a débuté en douceur par un petit déjeuner maison à l’appartement, préparé avec attention par nos hôtes. Le temps de finir mon café et il était déjà l’heure de retrouver l’équipe de l’Office du Tourisme de Gênes pour une petite promenade dans les hauteurs de la ville. C’est surement mon deuxième endroit préféré de Gênes. De nombreuses villes italiennes sont accrochées aux roches, adossées aux paysages vallonnés et permettent, lorsqu’on prend un peu de hauteur, de profiter d’une vue exceptionnelle. Et bien c’est le cas lorsqu’on se rend dans les hauteurs de Gênes. On se rend compte de l’immensité de cette ville mais aussi de sa pluralité, de son originalité et de sa beauté. Car sincèrement, qui oserait dire que toutes ces couleurs et cette vue sur la mer ne sont pas magnifiques à voir ? Surement pas moi ! Après avoir profité du paysage pendant quelques minutes nous redescendons tout doucement vers la Via Garibaldi, qui est l’une des plus jolies rues de la ville de Gênes. La Via Garibaldi regorge de Palazzi, des palais qui appartenaient autrefois aux grandes familles de Gênes mais qui abritent aujourd’hui musées, banques ou des administrations à l’image du Palazzo Doria Tursi qui accueille depuis 1848 le siège de la municipalité de Gênes. 

Après cette jolie petite visite culturelle, direction le Mercato Orientale Genova, le grand marché couvert de la ville ou plus communément appelé : le paradis de Plus une miette ! Fruits et légumes frais, fromages, pâtes,… une véritable plongée au coeur des saveurs italiennes. Il y en a de tous les côtés, je ne sais plus où donner de la tête et clairement mon ventre commence à gargouiller. Et ça tombe bien puisque nous avions ensuite rendez-vous dans la nouvelle partie du marché appelé le MOG (pour ce qui ne l’auraient pas compris, l’acronyme de Mercato Orientale Genova) un grand food court qui a ouvert il y a quelques mois au coeur du marché. On y retrouve 11 corners food, un restaurant, une école de cuisine et plein de place pour venir déjeuner midi et soir puisque le food court est ouvert 7j/7 de 10h à midi. Et parce que les choses sont particulièrement bien pensées, les corners food et le restaurant cuisinent des produits des exposants du marché. Ce qui permet à tous de subsister et de cohabiter parfaitement ensemble. Durant notre passage sur le MOG, nous avons eu la chance de rencontrer Roberto Panizza, aka le maître incontesté du pesto génois. Sur son stand, il ne propose que des spécialités Génoises, et comme vous vous en doutez surement, nous avons pu les goûters. Farinata, fleurs de courgette, panisse…. Tout était terriblement délicieux. 

L’après-midi étant une nouvelle fois libre, j’en profite pour me balader et surtout pour manger une bonne petite glace dont on m’avait parlé la veille. Je me rends donc chez Gelatina pour goûter leur fameuse glace au basilic. Je ne pouvais quand même pas quitter la ville sans avoir goûté ce fameux parfait. Et c’est accompagnée d’une bonne boule de glace à la fraise que je teste enfin ce fameux parfum. J’avoue que j’étais un peu dubitative au départ car après avoir mangé tout ce pesto j’avais peur que cette glace ait un goût de pesto. Mais le résultat était bien loin de ça… bien au contraire. La glace au basilic est une véritable petite tuerie. C’est frais, herbacée et sa se marie parfaitement bien avec la fraise. Rien que d’y repenser j’ai envie de retourner à Gênes pour en manger… ère vous l’aurez compris, cette glace était délicieuse.

Arrive déjà le temps de notre dernière soirée à Gênes… l’excuse parfaite pour déguster un nouveau plat de pâtes et goûter une dernière fois des spécialités de la région à la Trattoria delle Grazie. C’est le ventre bien rempli et les yeux plein d’étoiles que je rejoins pour la dernière fois la Casa Ramè pour une bonne nuit de sommeil avant mon retour à Paris.

Cette seconde visite de Gênes n’aura fait que confirmer mon amour pour cette ville qui est loin d’être parfaite mais qui est remplie de charme à chaque coin de rue. Gênes est une ville atypique, loin de l’image peut-être un peu cliché que l’on se fait de nombreuses villes italiennes. Elle est différente, mais dans le bon sens du terme. Elle ne plaira peut-être pas forcément à tout le monde, mais elle mérite d’être visitée car elle regorge de trésors qui ne demandent qu’à être découverts.

1 Comment on Un weekend à Gênes

  1. coucou merci pour cette ballade, je connais gênes car cela fait 4 ans que je vais en italie en vacances, grâce à toi je vais pouvoir encore parcourir cette ville car certains quartier je ne connais pas, hâte d’être à l’été prochain pour me balader dans cette ville que j’adore ! bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.